vendredi 23 décembre 2011

Bonnes Fêtes


Très bonnes fêtes de fin d'année...

Brigitte Bornemann

lundi 12 décembre 2011

La loi littoral à l'UBO - Brest - compte rendu 1è partie


Brest (France-U.E) 12/12/2011 par BB

La loi littoral a 25 ans et elle est toujours d’actualité...... Alors que partout dans le monde, on constate l’accroissement de toutes sortes de pressions, démographiques et écologiques entres autres. Le littoral français n’échappe à ces tendances, avec des transformations économiques rapides et une croissance démographique élevée qui ont profondément affecté les sociétés littorales.
C’est aussi l’actualité de cette loi qui a permis à plus de 250 personnes (élus, juristes, notaires, géographes...) de se retrouver pour débattre à l’université de Bretagne occidentale à Brest (UBO) le 9 décembre au colloque ici article du 6 déc. 2011 ....

Dès le discours d'ouverture la question a été posée par François Cuillandre, maire de Brest, président de BMO (Brest métropole océane) et fin connaisseur de cette loi, en évoquant la prise en compte des installations d'assainissement ou l'aménagement du littoral en vue de l'implantation des sites de production d'énergies en mer.
Adoptée six ans avant la conférence de Rio sur l’environnement et le développement, la loi Littoral trace le cheminement vers la gestion intégrée des zones côtières à l’œuvre aujourd’hui dans de nombreuses régions côtières du monde entier dont la France
photo Tempête Xynthia aux Sables d'Olonne


La Région Bretagne a été précurseur notamment avec les chartes des espaces côtiers. L’originalité et la difficulté du processus tiennent à différentes causes : émiettement communal, l’échelle communale n’étant pas la plus pertinente, déficit de communication/concertation pour son application, notamment.

Si cette loi reste encore un outil fondamental et majeur pour l’avenir du littoral, elle s’inscrit dans un système juridique marqué de plus en plus par de nouveaux impératifs environnementaux et la mise en œuvre d’une politique de développement durable concrétisée par les lois Grenelle I et Grenelle II (loi Grenelle II ou loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement) qui assignent des objectifs environnementaux plus exigeants aux SCOT et PLU.

Il appartient aux décideurs locaux de faire des choix politiques et de les traduire dans leurs documents d’urbanisme. Le rôle des documents d’urbanisme est en effet particulièrement important puisqu’il leur appartient de préciser les dispositions de portée générale de la loi littoral en prenant en compte les spécificités locales.
Faut-il assouplir, toiletter, renforcer la loi littoral pour une meilleure prise en compte des risques par exemple ? Si, comme l’ont rappelé des élus présents dans l’assistance, certains concepts restent d’application compliquée dans un certain nombre de communes, la clarification de ces concepts, si elle est nécessaire, en appelle à l’esprit de la loi et de la jurisprudence, dans un contexte de mise en œuvre des politiques de développement durable.
Ces débats, parfois vifs, auront permis de rappeler que face aux mutations qui ont bouleversé le littoral et qui se poursuivent, les enjeux de la loi littoral, gestion économe de l’espace et équilibre entre urbanisation et espaces naturels sont toujours s’actualité et impliquent l’affichage de règles claires mises en œuvre en étroite concertation par les différents partenaires concernés.

Points de vue partagés la suite demain - Brigitte Bornemann

vendredi 9 décembre 2011

CEA : Bernard Bigot est reconduit à sa tête et Appel de Michel Pieur pour le principe de non régression

Paris - Brest - Rio+20 (U.E) 9/12/2011 3B / BB

Bernard Bigot a été reconduit comme administrateur général du Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA). Son premier mandat date du 7 janvier 2009. Le CEA mène depuis plusieurs années des recherches dans le domaine des énergies bas carbone : nucléaire mais aussi solaire, production d'hydrogène, piles à combustible, stockage de l'électricité pour l'habitat et le transport, transformation de la biomasse en biocarburants''. Très engagé sur les études liées au réchauffement climatique, le CEA mène en partenariat avec le CNRS, l'IRD... des recherches menées notamment par l'Institut Pierre Simon Laplace dirigé par Hervé Le Treut.

Créé en 1945 par le Général de Gaulle, le CEA avait à l'origine pour mission de permettre à la France de tirer le meilleur parti de l'atome dans les domaines de l'industrie, de la recherche et de la défense.En 2011, le CEA intervient dans trois grands domaines d'activité : défense et sécurité globale, technologies innovantes pour l'information et la santé, et énergies décarbonées – nucléaire et énergies renouvelables.

Il y a tout juste 15 ans, en 1997, Bernard Bigot avait inauguré les premiers entretiens Science et Ethique de Brest*. Il était à cette époque Directeur de la recherche et de la technologie. Le thème traité était " comparaison des procédures utilisées par l'Etat depuis la découverte de la radioactivité et par les industriels pour les O.G.M.
Comment passe-t-on de la découverte scientifique aux applications industrielles?
Quelles sont les interactions entre éthique, risque et décisions politique dans la mise en place de ces applications industrielles?

Ces deux premières journées étaient illustrées par des exemples provenant de ces deux domaines:
- l'industrie nucléaire civile (retraitement des combustibles irradiés et le devenir des déchets radioactifs...)
- la biologie (les organismes génétiquement modifiés ...)
Vous pouvez télécharger son discours (ICI)



Dans un tout autre cadre, l'UBO* organise aujourd'hui à Brest le Colloque sur les 25 ans de la Loi Littoral à la Faculté de droit comparé. Michel Prieur, Professeur émérite de droit public à l’Université de Limoges et Président du Centre international de droit comparé de l'environnement (CIDCE) y intervient. Le CIDCE vient de lancer un appel relatif au "principe de non régression", qui devrait s'ajouter aux autres grands principes de Rio - prévention, précaution, information, participation : "Qu'en matière d'environnement, on ne revienne pas en arrière, cela fait partie des garanties fondamentales, pour empêcher la tendance qui se développe un peu partout de reculer. On observe dans les négociations climatiques, tout comme dans le Grenelle de l'environnement, des régressions insidieuses", commente Michel Prieur.

* Les entretiens présidés par le professeur Michel Ricard se tiendront exceptionnellement du 25 au 27 juin 2012.

** L'Université de Bretagne Occidentale présidée par Pascal Olivard est partenaire des entretiens depuis 1997. Le comité scientifique du Colloque est composé par les Professeurs de droit public Mathieu Doat - Directeur du CRA et Didier Le Morvan, ainsi que Richard Le Roy Maître de Conférences.

Article : Brigitte Bornemann


jeudi 8 décembre 2011

Algues vertes : Le Plan Bretagne présenté à la Commission européenne chargée de l'Environnement


Bruxelles - (UE)
8 /12/2011 - 3B Conseils/BB


Les algues vertes sont un sujet de préoccupation permanent pour les élus du littoral et un sujet de conflit évident (Amor-Arvor) relevé lors de la visite du Président de la République à Crozon (Finistère) l'été dernier.

Depuis 2 ans, la Préfecture de Région et le Conseil régional de Bretagne ont lancé le Plan algues vertes, concrétisé par la construction de 3 unités de traitement des algues, la systématisation du ramassage sur les plages, et la signature de deux projets de territoire sur les huit baies à algues vertes.

Il a pour objectif de réduire significativement les fuites d’azote dans ces baies pour lutter à la source contre les marées vertes.

Afin de présenter l’état d’avancement du Plan algues vertes et de souligner la forte mobilisation des acteurs bretons sur cet enjeu, Michel CADOT, Préfet de région, Jean-Yves LE DRIAN, Président du Conseil régional, Thierry BURLOT, Vice-Président chargé de la politique de l’eau et les élus locaux porteurs des projets de la Lieue de Grève et de la Baie de Saint Brieuc, Alain CADEC, Député européen et président de la Commission Locale de l’Eau de la Baie de Saint Brieuc et Joël LEJEUNE, président de la Communauté de communes Lannion Trégor Agglomération, ont rencontré Janez POTOCNIK, Commissaire européen à l’Environnement, le 7 décembre 2011 à Bruxelles.

La Commission avait adressé un courrier en date du 18 juillet au Gouvernement français sur ses mesures anti-algues vertes avec une demande d'analyse des premiers résultats obtenus (voir AFP 5 oct. 2011). Elle exprimait aussi son souhait d'obtenir des autorités françaises un état des lieux actualisé et exhaustif de l'ensemble des mesures réglementaires, administratives, financières et autres mises en oeuvre et envisagées au cours des derniers mois" ainsi qu'une description et une analyse des 1ers résultats obtenus". 

La Commission souhaitait vérifier, d'une part, si le phénomène des algues vertes résulte en une violation" des directives européennes sur l'eau de 2000 et de 1991 - "relatives à la protection des eaux contre la pollution par les nitrates à partir de sources agricoles", "et, d'autre part, si toutes les mesures pour mettre fin à cette pollution étaient bien engagées".

Georges KREMLIS, membre du service juridique de la Commission de l'environnement, rappellait les 7 plaintes déposées entre 2010 et 2011, relatives aux algues vertes et qui sont en examen à Bruxelles.

 La "Lettre" qui avait été révelée par l'AFP, était suivie d'une annexe de 11 pages développant soixante dix questions précises et détaillées. A l'époque, la Préfecture de région Bretagne avait précisé que la réponse française serait rendue d'ici à la "fin octobre".
...

Ce thème sera probablement abordé demain lors du colloque sur les 25 ans de la Loi Littoral organisé à l'UBO (Brest) où la table ronde 3 de 15h traitera d'Agriculture, conchilyculture et Loi littoral. (ici).

Aujourd'hui, il faut y ajouter les 2 plaintes déposées hier également, par les associations Sauvegarde du Penthièvre et Sauvegarde du Trégor devant le procureur de la République de Saint-Brieuc contre les représentants de l'Etat et notamment les préfets (successifs) des Côtes-d'Armor, leurs donneurs d'ordre ou supplétifs ou tous autres auteurs, coauteurs ou complices, à la suite de la mort de 36 sangliers cet été dans les Côtes-d'Armor.

De nombreuses études ont conclu que la mort de ces animaux avait été très probablement causée par l'inhalation d'hydrogène sulfuré (H2S) émanant des algues vertes. L'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) estimait même que les émissions d'H2S pouvaient représenter un risque pour la santé humaine.


Chiffres clés communiqués par la Préfecture de Région Bretagne le 26 oct. dernier
65.931 m3 d'algues vertes ramassées sur les plages bretonnes au 25 octobre 2011 depuis les premiers échouages de l'année 2011, contre près de 58.000 à la même période en 2010.
Les quantités d'algues ramassées dans les Côtes d'Armor (32.204 m3) sont inférieures au bilan 2010 (36.555 m3), mais elles sont supérieures dans le Finistère avec 33.727 m3 d'algues vertes ramassées en 2011 contre 21.305 l'année précédente.

Article : Brigitte Bornemann
Sources : Région Bretagne Préfecture de Région Bretagne, Figaro, le Télégramme, Ouest France.

mardi 6 décembre 2011

Loi littoral : 25 ans


Brest (France-UE) 6/12/2011 - 3B - BB

Depuis 25 ans la loi littoral pensée par Louis Le Pensec et présentée par Guy Lengagne (JO du 3 janvier 1986) évolue et change de langage.
Peut-elle encore être un véritable instrument juridique et de développement durable alors que de nombreux enjeux socio-économiques et environnementaux demandent que soient réalisés la quadrature du cercle !

Le colloque organisé par l'Université de Bretagne Occidentale (UBO) avec l’appui de l’Ordre des avocats de Brest et de Brest métropole océane (BMO) abordera sous un nouvel angle les enjeux pour l’application de la Loi Littoral ? Le rôle de la Loi dans le dispositif plus vaste et complexe de protection du Littoral ?


Ce colloque (télécharger le programme) se tient vendredi 9 décembre, à Brest à l’UFR Droit et Sciences économiques. Il prévoit de faire un point sur le rôle de l'Etat avec des interventions de Michel Cardot, Préfet de la région Bretagne, de Jean Yves Le Drian Président du Conseil régional de Bretagne, (tous deux très impliqués aussi dans le développement des énergies de la mer) ....
Il y aura également des présentations proposés par des Professeurs de droit public, des avocats, des spécialistes de l'aménagement du territoire ...

C'est l'occasion de rappeler que la ville de Brest dont le maire est François Cuillandre et son Université présidée par Pascal Olivard, tiennent une place de choix dans le monde de la recherche pour les sciences et technologies de la mer. Une étude a été réalisée par l’ADEUPA (Agence d’urbanisme du pays de Brest) et pilotée par le Technopôle Brest Iroise est consultable (Ici) :
Elle rappelle qu'en 2011, l’Etat a sélectionné un premier volet de projets portés par des organismes scientifiques sur la thématique « Mer » :
- le laboratoire d’excellence pour l’étude des océans, un projet de recherche océanographique de l'IUEM l’Institut Universitaire Européen de la Mer-UBO présidé par Yves-Marie Paulet. OCEAN DANS LE CHANGEMENT consacré à l’étude des grands fonds, du climat, à l’exploration et à la valorisation de la biodiversité. Budget : 14 millions d’€ sur dix ans.
- Le développement d’une nouvelle génération de flotteur Argo, Equipement d’Excellence, destiné à observer les conséquences du changement climatique sur les océans. Le projet « NAOS » est coordonné par l’Ifremer. Budget : 8 millions d’€.
- Le développement des Energies Marines Renouvelables avec la création de l’Institut d’Excellence en Energies Décarbonées, FRANCE ENERGIES MARINES, un projet porté par des acteurs scientifiques (Ifremer, CNRS, Université de Bretagne Occidentale-UBO, ENSTA…) et industriels (DCNS, EDF, Alstom, STX, Areva). Budget : 142 millions d’€ sur dix ans.

Article : Brigitte Bornemann 3B
Sources bibliographiques : Journées de l'ANEL des 19 au 221 oct. 2011, Et si le littoral allait jusqu'à la mer d'Alain Merckelbagh, Site LittOcéan (Ici), Gestion intégrée de la mer et du littoral, 3 questions à Yves Henocque (Ici), Le Pôle littoral du Ministère du Développement durable présidée par Catherine Bersani et depuis 2011 par Gérard Ruiz inspecteur général de l'administration du développement durable (Ici)

Voir aussi les entretiens Science et Ethique 2005 (Ici)

mercredi 30 novembre 2011

ECOWATT Bretagne : les bons gestes en 47 secondes

Rennes (France-UE) 30 nov.2011

La région Bretagne
, qui ne produit que 9,5 % de l’électricité qu’elle consomme, est une véritable "péninsule électrique". Des actions sont menées pour inciter au développement des énergies renouvelables, pour sécuriser l’alimentation électrique et assurer une meilleure maîtrise de la demande en électricité.

Vous pouvez télécharger le 1er bilan du Pacte électrique breton présenté hier par Michel Cardot, Préfet de Région et Jean-Yves Le Drian Président du Conseil régional de Bretagne.

La démarche « EcoWatt Bretagne, le bon geste énergie » a été initiée en novembre 2008 par RTE, en partenariat avec la Préfecture de Région Bretagne, l’ADEME et ERDF. voir le clip (ici) et inscrivez-vous.

L'opération est reconduite pour l’hiver 2011-2012
Avec un contexte électrique breton toujours fragile les consommateurs – particuliers, entreprises/associations, collectivités locales/institutions, ou encore les publics scolaires – sont de nouveau invités à se mobiliser en faveur de la maîtrise de la consommation d’électricité pour cet hiver.

La sensibilisation à la maîtrise de la consommation énergétique et aux énergies du futur

Avec le soutien du Conseil régional de Bretagne et du Conseil général du Finistère, les Journées "découverte" 2011 organisées par l'APESTDD présidée par Michel Glémarec et les entretiens Science et Ethique, ont sensibilisé au début de l'année scolaire plus de 400 élèves, sur thème de la production, de l'implantation des énergies renouvelables de la mer - ici -, de la consommation électrique, des plans-Energie climat territoriaux .... Les journées bénéficient de la participation de nombreux enseignants de SVT, de lettres, de maths...

En attendant, la présentation des travaux des scolaires sur leur perception de l'énergie, ces élèves de CM1 ... aux lycées et collèges, continuent à s'informer sur les énergies renouvelables de la mer, les co-produits de la pêche comme valeur énergétique et les algues comme source d'énergie du futur.

Pour tout savoir et retrouver le déroulement des Journées qui se sont tenues à Pleumeur Bodou et Perros Guirec le 10 octobre, à Concarneau les 13 et 14 octobre et au Conquet et à Lanildut les 3 et 4 novembre dernier, cliquez sur science-ethique.org.

Les partenaires sont : DCNS (partenaire du blog des énergies de la mer), a Maison du Littoral à Perros Guirec, la Cité des telecoms à Pleumeur Bodou.. les élus et les associations Cap vers la Nature, le Marinarium, Gonidec - Les Mouettes d'Arvor, ANSEL., Interactions Pleine nature-Education à l’environnement ... lycée hôtelier Saint Joseph de Lannion

Les travaux d'élèves seront présentés au Musée de la pêche à Concarneau, à la Maison de l'Algue à Lanildut (CC du Pays d'Iroise), aux Mairies du Conquet, de Ploudalmezeau, de Perros Guirec et de Pleumeur Bodou.


Une plate-forme a été créée pour que les enseignants et les collectivités puissent échanger et partager les informations.
Vous pouvez également télécharger les N° spéciaux des énergies de la mer... et les différents carnets de bord sur le site des entretiens Science et Ethique dédiés aux énergies de la mer et suivre l'actualité sur science-ethique.blogspot.com ou energiesdelamer.blogspot.com.

Article : Brigitte Bornemann, déléguée générale des entretiens Science et Ethique / 3B

lundi 28 novembre 2011

Fonds Vert, MDP.... les enjeux de Connie Hedegaard, commissaire européenne à Durban.

L'Europe représente 11% des émissions de gaz à effet de serre et aurait du mal à s'engager seule si, le Japon, la Russie et le Canada refusent de souscrire à une deuxième période contraignante de réduction d'émission de gaz à effet de serre. L'absence d'engagements de la part des Etats-Unis, de l'Inde, de l'Australie ... et du Brésil sont toujours d'actualité le jour de l'ouverture des négociations du renouvellement ou de la prolongation du Protocole du Kyoto qui se déroule jusqu'au 9 déc. 2011 en présence de 193 pays. Cliquez ici pour suivre les négociations.

La Chine, qui semble vouloir s'engager dans une production d'énergie verte, pourrait infléchir sa position alors que les pays en développement s'estiment victimes du manque d'ambition des pays développés pour lutter contre les effets des changements qu'ils subissent.

Alors, quels sont les risques et quels impacts sur les MDP (mécanismes de développement propres) qui permettent aux industriels européens soumis à des quotas carbone de compenser leurs émissions en investissant dans des industries propres dans des pays en développement ?
Et Quid du Fonds vert annoncé à Copenhague qui doit recueillir 100 Mds $ par an, d'ici à 2020?

Rajendra Pachauri, a présenté le 18 nov. "un résumé destiné aux décideurs qui donne un aperçu de la manière dont la gestion des risques de catastrophes et l’adaptation aux changements climatiques peuvent aider les populations vulnérables à mieux faire face à un climat en évolution dans un monde caractérisé par les inégalités, ainsi des changements dans la fréquence, l'intensité, la répartition géographique et la durée des événements climatiques extrêmes pouvant aboutir à une situation sans précédent ».

Il y a un mois, l'Observatoire Européen des marchés de l'Energie (13è édition) soulignait qu'un manque d'investissement dans les énergies "décarbonées" était à craindre à la suite du ralentissement économique.
Le «printemps arabe» et la catastrophe nucléaire nippone ont transformé les perspectives d’évolution du mix-énergétique en Europe.
Le gaz devrait gagner en importance dans le mix-énergétique de certains pays comme la Suisse, l’Italie ou l'Allemagne. L’arrêt immédiat de 7 réacteurs, en privant le réseau de 8.000 MW, pourrait d’ailleurs compromettre la continuité de la fourniture de courant en Europe dès cet hiver. La France ne pourra plus importer d’électricité d’Allemagne en période de pointe comme elle en avait l’habitude.

Avant Fukushima, l’UE avait estimé à €1.100 milliards, les investissements nécessaires dans l’énergie d’ici à 2020, afin de respecter ses objectifs de diminution d'émission de gaz à effet de serre. D'après Colette Lewiner*, ce montant, qui devrait désormais constituer un plancher, pourrait en fait subir les effets négatifs liés à la réduction des déficits publics dans un contexte de faible croissance. Pour Jean-Michel Gauthier, Si l'on peut considérer l’Europe comme étant en avance sur son objectif 2020 de réduction des émissions de gaz à effet de serre, elle est en revanche déjà en retard sur l’objectif d’augmentation de la part des énergies renouvelables. La France et la République tchèque n'ont pour le moment pas tenu compte des critères européens, qui n'ont pas été transposés dans leurs législations respectives. Les deux pays incriminés ont désormais deux mois pour répondre à la Commission. Dans le cas contraire, celle-ci pourra alors saisir la Cour de justice de l'Union. Naturellement, il convient ne pas oublier l'accord PS - EELV "sans atomes crochus" (Libé du 16 nov.), qui a au moins le mérite de placer la production d'électricité au coeur des sujets importants des Présidentielles de 2012..... Il faut peut-être regarder aussi ce qui se passe en Grande Bretagne ou aux Pays-Bas où s'ouvre la grande réunion internationale de l’énergie éolienne à Amsterdam du 29 nov. jusqu’au 1 déc.
Prenez date : Energies bleues pour une croissance verte à Brest (s/r 25 au 27 juin 2012)

Colette Lewiner *, directeur International du secteur Energie, Utilities et Chimie Cap Gemini

Jean-Michel Gauthier **, responsable de l'énergie - Deloitte et fondateur de la Chaire d'économie de l'énergie à HEC voir ici en 2009 aux entretiens Science et Ethique L'heure bleue : changement climatique, énergies de la mer et biodiversité "La bataille de l'énergie : géopolitique, structuration économique législative et fiscale du financement des énergies renouvelables de la mer"

Rajendra Pachauri *** Président du GIEC était présent le 12 juillet à Brest pour la 1ère réunion annuelle du Groupe 1 avec Jean Jouzel. A cette occasion il s'était rendu au Port de la Marine Nationale pour voir l'éolienne OpenHydro assemblée par DCNS, qui venait d'être présentée à Jean-Yves Le Drian, président du Conseil régional de Bretagne.

Sources : Cap Gemini, Les Echos (23 et 25 nov.).

Brigitte Bornemann / déléguée générale des entretiens - 3B

mardi 22 novembre 2011

Confrontations Europe Vers une économie sociale de marché pour l’Europe ?


Paris - France (U.E.) 22/11/2011 - 3B Conseils. BB 

Le dialogue social et les relations industrielles pour résoudre l’équation compétitivité/solidarité sont à l'ordre du jour du colloque qui se tient au Collège des Bernardins à Paris 5è demain mercredi 23 et jeudi 24 nov.

Le programme rempli et de choix. A télécharger (ici
L'enjeu : répondre à trois questions :

  • Comment accompagner les populations dans cette situation de crise vers de nouvelles perspectives d’emploi, de formation et d’activité, et imaginer un nouveau welfare social ? 
  • Comment concilier le soutien à la croissance et l’assainissement budgétaire et comment promouvoir l’investissement de long terme en capital humain, en valorisation du capital naturel, en infrastructures de production et de services ? 
  • Comment faire converger les différents pays membres vers un renouveau de l’industrie, alors que se creusent les divergences de compétitivité ? 

Les tables rondes s'organisent autour des thèmes suivants : Allons-nous vers une économie sociale de marché européenne ? Quelle politique monétaire et bancaire européenne ? Comment l'équilibre et les synergies compétitivité/solidarité peut se réaliser ? L’investissement social et humain, une dimension essentielle pour une nouvelle croissance, dans les initiatives de l’Union, avec en conclusion pour la première journée, un dîner débat sur "La Chine et nous !"

Dialogue social et relations industrielles pour construire une offre européenne compétitive, Consolider la dimension sociale de l'économie de marché est naturellement un des sujets favoris, Peut-on "mettre la finance au service de l’économie réelle" ?, doublée de l'espoir de "Réinventer l’investissement à long terme d’intérêt public en Europe", Bâtir un camp de base pour les industries européennes dans la mondialisation et les conclusions seront présentées par Franco Bassanini, président d’Astrid et Joachim Fritz-Vannahme, directeur du programme Europe, Bertelsmann Stiftung et Philippe Herzog économiste et ancien député européen. 

Les Entretiens Economiques Européens sont organisés à l'initiative de Claude Fischer présidente et de Philippe Herzog président fondateur de Confrontations Europe. 

Contact : Marie-Ange Schilling - Tél. +33 1 43 17 32 89 maschilling@confrontations.org

lundi 7 novembre 2011

Energies de la mer et croissance verte à Brest les 17 et 18 nov. 2011

Assemblage d'OpenHydro pour le premier parc hydrolien EDF par DCNS à Brest.


Les 15e entretiens Science et Ethique : « Energies bleues pour une croissance verte ?»



Alstom choisit Saint-Nazaire et Cherbourg

Plate forme incontournable des énergies de la mer, Brest se prépare à accueillir les 15 è entretiens Science et Ethique dédiés aux énergies de la mer à Océanopolis le jeudi 17 et le vendredi 18 novembre. A la veille du 2è appel à proposition sur l'implantation en France des énergies renouvelables de la mer pour les second "3000MW", la stratégie mer, le fond d'investissement, la problématique des

implantations, des technologies, des modes de production, des laboratoires d'excellence, des raccordements et de son acceptabilité ... seront les sujets traités.

L'important est d'avoir une vision globale sur "la stratégie et la politique de la mer" ... et "les aménagements portuaires" et "les formations pour les métiers" ....

Les négociations sur le changement climatique reprennent à Durban à la fin novembre. L’Europe peut-elle maintenir ses engagements pour réduire les émissions de gaz à effets de serre alors que la crise économique n’est pas résolue? et que de nombreux pays sont concernés, mais peu sensibles aux modifications économiques que la croissance verte peut entraîner ou laisser espérer... Comment les plans climat-énergies territoriaux vont-ils se mettre en place et participer à cette nouvelle économie ?

C'est à ce tour d'horizon avec les experts de l'Agence nationale de la recherche (ANR), la préfecture de la Région Bretagne, la Préfecture maritime de l'Atlantique, la Région Bretagne, le Conseil général du Finistère, des Régions de l'Arc Manche Atlantique et Transmanche... des opérateurs, des scientifiques et des industriels clés ... que les entretiens seront consacrés.


Après le Grenelle de la mer, plus de deux ans après la déclaration du Président de la République et du second anniversaire de l’annonce à Brest par François Fillon, Premier ministre de créer une filière française des énergies de la mer, où en sommes-nous?

Inscrivez-vous aux 15e entretiens Science et Ethique :
Programme et inscriptions en ligne : www.science-ethique.org 

les jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2011 à Océanopolis Brest.

 Les entretiens sont présidés par le Professeur Michel Ricard.
Brigitte Bornemann déléguée générale - 3B Conseils.

vendredi 4 novembre 2011

"Fréquentation, usages et gouvernance des aires marines protégées"

La création d’un Groupement d’Intérêt Scientifique ayant pour objet « les Sciences Humaines Sociales et les aires marines protégées et leurs prolongements terrestres et/ou insulaires » est attendue par nombre de parties prenantes institutionnelles et universitaires.

Un partenariat entre l’Agence des aires marines protégées (AAMP), l’équipe Géomer (UMR LETG) et l’UMR AMURE a permis de dresser un premier bilan grâce à la réalisation d’un état de l’art mené à l’échelle nationale1.

Les 8 et 9 novembre 2011, à Brest, à l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM / UBO) se tiendra un séminaire de lancement de ce GIS "Fréquentation, usages et gouvernance des aires marines protégées". Ce travail abouti, fera l’objet d’une restitution et de réunir gestionnaires et chercheurs motivés par ce projet de création de GIS afin de débattre des nombreuses questions soulevées à l’échelle nationale (métropole et outre-mer) et d’être force de propositions vis-à-vis des futurs axes de travail envisagés dans ce cadre.

Il s’agira de mener un débat interdisciplinaire suscité par la gestion des AMP (considérées individuellement ou en tant que réseau) et d’explorer le cœur de métier du futur GIS en termes de thématiques de recherche soulevées, de méthodologies pour les gestionnaires et d’innovations, notamment pour les systèmes d’observation.

L'attendu du séminaire est d’aboutir à des propositions concrètes pour le futur GIS : objectifs, axes de travail, composition, fonctionnement.

Les débats des 8 et 9 novembre porteront notamment sur : 
- les échanges préliminaires autour de l’état de l’art, des attentes et expériences des partenaires ;
- un GIS, pour quoi faire ?
- propositions pour le futur GIS.

Programme complet et informations sur le site de l’IUEM ou des Aires marines protégées (AAMP).



Pour aller plus loin :

Retrouvez l'intervention de François Gauthiez , directeur-adjoint des Aires marines protégées aux entretiens Science et Ethique en 2010.










Les 15e entretiens « Science et Ethique ou le devoir de parole » créés par 3B Conseils se dérouleront les 17 et 18 novembre 2011 à Océanopolis - Brest sur le thème « Energies bleues pour une croissance verte ? ».

Renseignements et inscriptions ICI




Articles RH 3B Conseils
Sources : IUEM /AAMP

jeudi 3 novembre 2011

Journées découverte 2011 : "Histoires d'algues en pays d'Iroise"



L’édition 2011 les Journées Science et Ethique découverte 2011 sur le territoire de la Communauté de communes du Pays d'Iroise (CCPI) se déroule depuis aujourd'hui et pour deux jours (3 et 4 novembre) à Lanildut et Le Conquet avec des scolaires venant notamment de Ploudalmézeau, Le Conquet et Lanildut.

Ces journées « Histoire d'algues en Pays d'Iroise »

, proposées par l'APESTDD - présidée par le Professeur Michel Glémarec - sont organisées avec le concours de 3B Conseils et avec le soutien de la Région Bretagne, du Conseil général du Finistère, de la Communauté de communes du Pays d'Iroise (CCPI) des communes de Lanidult et du Conquet et de la Chambre syndicale des algues et des végétaux marins...


Ce rendez-vous s’inscrit dans le cadre des entretiens « Science et Ethique ou le devoir de parole » créés par 3B Conseils en 1997 à Brest. Cette année, les 15e entretiens se dérouleront les 17 et 18 novembre 2011 à Océanopolis et auront pour thème « Energies bleues pour une croissance verte ? ».



Ces journées qui rencontrent un véritable engouement auprès des jeunes avides de culture scientifique, ont pour objectif de présenter une filière essentielle dans la région. Les algues sont en effet un enjeu économique et social important pour les communes qui bordent le Parc marin d’Iroise et d’une manière générale pour les activités pharmaceutiques, cosmétiques et alimentaires.

Ainsi, tout au long de la journée, les jeunes partent à la découverte de leur territoire avec leurs enseignants. Chaque classe participe à plusieurs animations et peut au travers des différentes animations proposées :
-

 découvrir le rôle important que revêt le plus grand champ d’algues européen de l’archipel de Molène site de reproduction, d’alimentation pour la faune exploitée par les hommes et ressource en matière première pour l’industrie chimique. 
Dans d’autres sites, des micro-algues seront exploitées pour les énergies du futur comme bio-carburant,
- retrouver les traces d'un passé riche sur le plan culturel et social à la rencontre des plus anciens qui ont connu de manière artisanale et semi-industrielle l’exploitation des algues,
- appréhender les enjeux liés à la préservation du champ d'algues, de son exploitation face aux réglementations européennes (relire également l'article du blog du 19/09/2011).

Le programme des 3 et 4 novembre 2011

à Lanildut
- Accueil à la 
La Maison de l’Algue (*) sur le thème : « Qu’est ce qu’une algue ? Comment la récolte-t-on ? » (et présentation des termes en breton).

- Découverte du port de débarquement des algues.

- Dégustation offerte par la commune de Lanildut de pains aux algues et beurre aux algues.






au Conquet

- Parcours de la cale à l'usine d'iode avec l'association Aspect.

- Rencontre-discussion animée par Anne Mérer à la Maison de retraite du Streat Hir avec les derniers ouvriers de l’usine d’iode sur la transmission du savoir, des traditions et des techniques de travail ancestrales de la filière « Algue » Une rencontre intergénérationnelle avec ceux qui l’ont connue de manière artisanale ou semi-industrielle .

- Marcel Quellec, adjoint au maire du Conquet, chargé de l’agenda 21 et de la culture, évoquera le Plan Climat-Energie et l’agenda 21.

- Rencontre avec Michel Glémarec, biologiste, spécialiste des algues et auteur du livre « La Biodiversité littorale vue par Mathurin Méheut »(**)

- Exposition à l’Espace Tissier de cartes postales de l’association « Cartophiles du Finistère », présidée par Jean Quinquis, prêt de Henri Thépaut .

- Déjeuner pique-nique au Village-vacances Beauséjour



Lors de ces Journées, chaque élève reçoit un carnet de bord - document pédagogique élaboré par l'APESTDD et 3B Conseils avec l’aide de tous les partenaires - reprenant l’ensemble des interventions et proposant des quiz et jeux sur le parcours.

Quelques repères pour mieux connaître les algues :


Sur les 16 millions de tonnes d’algues produites chaque année dans le monde, près de 80% sont utilisées en alimentation humaine, représentant une valeur économique d’environ 8 Md $.

L’Europe utilise les algues depuis des siècles dans des applications industrielles ; leur utilisation pour l’alimentation humaine et la nutrition santé est un secteur en croissance. En Bretagne notamment, les algues alimentaires représentent un potentiel important, en phase avec les axes de développements stratégiques de la région.

L’intérêt croissant des consommateurs est suscité par les nombreuses qualités nutritionnelles de ces algues dont les compositions sont très différentes des végétaux terrestres. Afin d’assurer la sécurité alimentaire, une réglementation a été mise en place. Elle comporte une liste d’espèces et de groupes autorisés à la consommation humaine et des recommandations sur les limites acceptables de certains contaminants : métaux et constituants : iode.

- La filière algue française réalise un chiffre d’affaire d’environ 150 millions d’euros, elle emploie 1000 personnes dont 240 récoltants professionnels.


- La France est aussi le deuxième producteur mondial de carraghénanes (E 407), le cinquième producteur mondial d’alginate (E 400, 401, 403, 402, 404, 405) et le huitième producteur d’agar 
(E 406) avec 60 000 tonnes d’algues fraîches déchargées.


- Lanildut est le premier port goémonier européen de déchargement des algues en France, avec 30 000 tonnes annuels de laminaires sur les 45 000 tonnes débarquées en Bretagne.
Relire également l'article du blog du 03/07/2010 sur la radiographie du champs d'algue de Molène.


Pour préparer les Journées « découverte »
plusieurs possibilités sont offertes aux enseignants comme base de travail :
- La plate-forme collaborative Science et Ethique : avec accès privilégié pour un meilleur échange entre enseignants, partenaires et organisateurs.
- le site des entretiens Science et Ethique
- le Portail Mer-veille dédié aux énergies de la mer (sur abonnement)
- le blog des énergies de la mer
- le blog Science et Ethique et Science
- la TV web des entretiens et des Webtrotteurs : des lycéens et collégiens de Kérichen et Vauban
- l’exposition « Les énergies de la mer : l’Or bleu »
- l’Espace des sciences à Rennes.

(*) La maison de l’algue à Lanildut
Centre d'interprétation de l'algue, la Maison de l'Algue, vient d'être réaménagée dans un espace d'environ 100 m 2 (le nouvel espace est ouvert depuis le 25 juin 2011) avec une nouvelle scénographie, trouve sa place. Cet espace a pour but de donner aux visiteurs des clés pour mieux comprendre le paysage du port, d'informer le grand public sur la filière des algues et le sensibiliser aux enjeux actuels et futurs auxquels elle est confrontée.

Le bâtiment comprend deux expositions : une exposition permanente, avec trois séquences et une salle vidéo, et une temporaire, qui reçoit actuellement une exposition du parc naturel marin d'Iroise, Bleu Iroise, mer vivante.
Des panneaux de l’exposition « les énergies de la mer : l’or bleu » réalisées par 3B Conseils sont présentés au public.


La Maison de l’Algue présente ces expositions ludiques qui retrace la place des algues dans le monde vivant, permet d’identifier les différentes familles d’algues, les zones de récolte, et de mesurer l’importance nationale du champ d’algues de la Mer d’Iroise.

Elle offre également la possibilité de revivre l’épopée des goémoniers d’autrefois en découvrant leurs bateaux, leurs outils de travail, mais aussi des maquettes,des films et des photographies qui témoignent de l’âpreté de leur vie quotidienne. La visite des 11 fours à goémon encore visibles à Lanildut aide à mesurer l’ancienneté de ce métier sur la commune.
`
Dans la Maison de l’Algue, des fiches et ateliers pédagogiques sont proposés gratuitement aux petits comme aux plus grands : découverte de l’utilisation traditionnelle des algues ainsi que celles d’aujourd’hui, identification des algues, initiation à la cuisine aux algues, réalisation d’un herbier marin ou d’un tableau d’algues…!

(**) « La Biodiversité littorale vue par Mathurin Méheut » textes du Pr Michel Glémarec (Editions Le Télégramme, 2010).
Révéler la Biodiversité littorale, c’est d’abord reconnaître les habitats caractéristiques de nos mers à marée en milieu tempéré. Leur définition, dans un cadre scientifique à l’échelle européenne, tient compte des avancées récentes de l’écologie marine.
Ces milieux permettent la cohabitation de nombreuses espèces végétales et animales.

Il y a un siècle, Mathurin Méheut, artiste peintre, avait mis en scène les espèces qu'il voyait sur la côtes de Roscoff avec les conseils de scientifiques de la Station biologique de Roscoff.

Celles-ci sont magnifiquement illustrées par Méheut dans « l’Etude de la mer » publiée en 1913. Cette œuvre remarquable est revisitée, valorisée, parce qu’elle apparaît au grand jour pour illustrer les aspects écologiques de ce qu’est la biodiversité littorale.

Ainsi, dans son livre qui mêle art et science, Michel Glémarec réorganise l'œuvre de Mathurin Méheut pour la présenter par habitat. Les peintures de Méheut présentent les caractéristiques de ces milieux avec les différentes espèces, les couleurs contrastées et les mouvements des algues...


Pour Michel Glémarec, la biodiversité se mesure en nombre d'espèces évidemment mais pas seulement. Il est important de les replacer dans leur habitat. Ainsi au moment de la traduction dans les textes français de la Directive européenne Natura 2000, Michel Glémarec a travaillé à la définition, dans un cadre scientifique et à l'échelle européenne, de ces habitats marins.
Ce travail a permis d'identifier par la suite les habitats "fragiles" ou "menacés" et ainsi de pouvoir définir des "zones Natura 2000" au sein desquelles vont être mis en place des plans de gestion.


Pour aller plus loin sur la biodiversité du littoral :

- Retrouvez notamment les archives des entretiens Science et Ethique 2006 : "La biodiversité du littoral"

Rappel : Le dialogue et le partage des connaissances indispensables pour préserver et exploiter durablement les ressources nécessitent des décisions politiques locales, européennes et internationales qui soient mieux comprises.

Les 10e entretiens Science et Ethique, avaient « repéré » des recherches, des techniques, des expériences françaises, européennes et mondiales, qui modifient notre perception de la biodiversité.

Comment vivons-nous ces moments de transformation qui doivent permettre aux futures générations de poursuivre l’exploitation des ressources du littoral ?




Article RH 3B Conseils
Sources : entretiens Science et Ethique /APESTDD / 3B Conseils
Photos : Editions du Télégramme / Maison de l'Algue / Science et Mer

vendredi 28 octobre 2011

Conseil de lecture : " Le Climat à découvert - Outils et méthodes en recherche climatique"


" Qu’est ce que l’effet de serre ? Le rôle de l’homme sur le climat est-il détectable et comment ? Comment mesure-t-on la fonte de la banquise, le recul des glaciers de montagne ou bien encore l’élévation du niveau de la mer ? Comment les chercheurs font-ils pour modéliser un système aussi complexe que la planète terre ? Quelles données permettent de décrire et modéliser les climats passés ? Comment s’y prend-on pour prévoir l’évolution à venir du climat ? " ce sont quelques-unes des questions posées par le livre " Le Climat à découvert - Outils et méthodes en recherche climatique" (*).

A la suite de la lettre adressée à leurs tutelles en mars 2010 par plus de 600 chercheurs en sciences du climat, le président du CNRS - Alain Fuchs - a saisi le Comité d'éthique du CNRS et le Comité national de la recherche scientifique. L'objectif était de produire, en se tenant à distance de la polémique médiatique, des analyses de qualité sur un sujet d'une très grande importance et sur lequel le fossé menace de se creuser entre la réalité de la science qui se construit et la perception qu'en a le grand public.

À l’écart de la polémique médiatique, Catherine Jeandel et Rémy Mosseri ont mobilisé plus d’une centaine de contributeurs spécialistes du climat qui livrent avec ce livre un panorama large des méthodes et outils mis en œuvre pour étudier notre climat et son avenir.

Ils montrent que, pour résoudre cette question extraordinairement complexe, une approche pluridisciplinaire est plus que jamais nécessaire, à la croisée de l’expérimentation, de l’observation, de la simulation et de la théorie.


Plusieurs chercheurs de l'Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM-UBO) à Brest, ont contribué à cet ouvrage collectif, édité par les Editions du CNRS pour un public curieux de la démarche des scientifiques dans un domaine complexe et fortement pluridisciplinaire.

Un ouvrage à découvrir dans la perspective des 15e entretiens Science et Ethique à Brest - Océanopolis les 17 et 18 novembre 2011, sur le thème : " Energies bleues pour une croissance verte ? "
Inscriptions en ligne ICI






(*) L'ouvrage est composé de 85 chapitre courts et synthétiques regroupés en huit grandes parties :

1. Le système climatique

2. Les mécanismes physico-chimiques en jeu

3. Observations et indicateurs climatiques

4. Données, traitements et réanalyses

5. La modélisation du climat

6. Les différentes perturbations et leurs estimations

7. Prévision et projection climatique

8. Questions en enjeux

Article RH 3B Conseils
Sources : éditions du Cnrs / IUEM

jeudi 27 octobre 2011

La campagne océanographique KEOPS 2 : étude de la production primaire dans l'océan Austral


La campagne océanographique KEOPS 2 (Kerguelen Ocean and plateau compared study) dans l'océan Austral, se déroule jusqu'au 29 novembre 2011. Une équipe du LEMAR - Laboratoire des Sciences de l'Environnement Marin (IUEM- CNRS-IRD-UBO) - y participe à bord du Marion-Dufresne (*) . (Relire l'article du blog du 03/03/2011 sur le nouveau format de la flotte océanographique française).

La campagne KEOPS 2 a pour objectif d'étudier les conditions dans lesquelles s'effectue la production primaire à l'est du plateau des Kerguelen, où les algues du phytoplancton bénéficient d'un apport naturel en fer, contrairement aux eaux de l'océan Austral qui en contiennent généralement des quantités infimes.

Cette question revêt une importance particulière car la carence en fer de vastes régions de l'océan mondial y limite la production primaire donc l'efficacité de la "pompe biologique de carbone" qui permet à l'océan de capter et de stocker en profondeur une partie du CO2 atmosphérique responsable de l'effet de serre.

Cette situation a aussi donné naissance à des projets d'ingénierie climatique consistant à "fertiliser" artificiellement l'océan en fer, mais dont l'efficacité est douteuse et les conséquences à court et long terme sont encore très mal connues.

KEOPS 2 va permettre de compléter et d'approfondir les résultats d'une première campagne réalisée en 2005, en bénéficiant des avancées réalisées depuis dans le domaine des technologies de mesure de concentrations extrêmement faibles en fer et autres "éléments traces".

Plus de 50 scientifiques sont embarqués sur le Marion-Dufresne pour conduire une étude pluridisciplinaires aux frontières de l’océanographie physique, géochimique et biologique.
Une centaine de paramètres seront mesurés sur des échantillons prélevés dans l’air, la colonne d’eau et le sédiment superficiel. Des instruments autonomes permettront de réaliser des mesures in situ.

Certains d’entre eux poursuivront seuls leur périple après la fin de la campagne, et les données qu’ils récolteront seront alors transmises aux laboratoires par satellite.
A noter que KEOPS 2 peut être suivie au jour le jour sur le site de l'Ipev (Institut polaire Paul-Emile Victor).


(*) Le Marion Dufresne rentré en service en 1995 est depuis affecté au ravitaillement des terres australes et antarctiques françaises (îles Kerguelen, Crozet, Saint-Paul et Amsterdam).

Article RH3 3B Conseils
Sources IUEM/IPEV

mardi 25 octobre 2011

La 7e Conférence de la mer et du littoral en Bretagne

(photo Christine Naud)

La 7e Conférence régionale de la mer et du littoral qui s'est tenue à Rennes le 24 octobre a été l’occasion pour les acteurs et décideurs régionaux de faire le point sur les principaux sujets touchant à la « marinité » de la Bretagne : réforme de la politique commune des pêches, appel d’offres sur les énergies marines renouvelables, plan d'actions pour le milieu marin… (extraits des positions exprimées au cours de cette 7e conférence).

Position critique sur la politique commune des pêches maritimes
« L’Etat français et la Région Bretagne ont fait exprimé leurs critiques sur le projet de réforme de politique commune des pêches maritimes (PCP) présenté par la commission européenne le 13 juillet 2011. Les divergences avec Bruxelles (contenu ou calendrier de mise en œuvre) portent sur plusieurs propositions : quotas individuels transférables, interdiction des rejets, régionalisation de la gouvernance, rendements maximums durables. »

Dans l’article du blog du 20/07/2011, nous rappelions que ce projet de réforme de la PCP, présenté par la Commissaire européenne Maria Damanaki, le 13 juillet 2011, a suscité de nombreux remous et des critiques tant dans la filière pêche qu’auprès des élus bretons (*) (relire notamment l’article du blog du 4/07/2011). La PCP doit entrer en vigueur le 1er janvier 2013.

En Bretagne où la pêche est un des secteurs économiques traditionnels, la Région contestait les orientations et les mesures préconisées par la Commission européenne. Le Conseil régional de Bretagne considérant que l’Europe, a renoncé à ouvrir le chantier de la pêche durable, en se limitant à la gestion des ressources, son président Jean-Yves Le Drian, indiquait que ce « paquet PCP » qui déterminera les activités de la pêche pour les 10 années à venir n'est pas acceptable en l’état : « Pour la première fois, la Commission européenne ne considère plus la pêche comme un enjeu économique et social et s'apprête à assumer des pertes d'emplois et des baisses d'activités conséquentes ».

En effet, 30 % des emplois liés à la Pêche sont localisés sur le littoral breton, le Finistère étant quant à lui le premier département de la pêche en France. Les études d'impacts socio-économiques jointes au paquet PCP font état de 10 à 20 % de suppressions d'emplois directs embarqués, ce qui impliquera la perte de dizaines de milliers d'emplois dans l'ensemble de la filière.


2e appel d’offres énergies marines renouvelables

« Pour continuer à développer les énergies marines renouvelables en Bretagne, l’identification de zones propices se poursuit. Un groupe de travail réunissant services de l’Etat, collectivités territoriales et usagers rendra les conclusions de son travail à la prochaine conférence de la mer et du littoral le 19 décembre 2011. Le gouvernement pourra sur cette base, dans la suite du premier appel d’offres de juillet 2011, lancer un deuxième appel d’offres en avril 2012 (conformément aux engagements du Grenelle de la mer et à la politique énergétique régionale du « Pacte électrique breton »**). »


C'est à l’issue de la 5e conférence régionale de la Mer et du littoral réunie du 13 septembre 2010 que (articles du blog du 13/09/2010 et du 14/09/2010), le préfet de région Michel Cadot et le président du conseil régional, Jean-Yves Le Drian, avaient marqué leur accord pour développer de façon prioritaire l’éolien offshore en Bretagne nord et recommander à l’Etat de retenir une vaste zone de 190 km², pour le 1er appel d'offres du parc éolien offshore breton.


Pour en savoir plus sur les énergies marines :
consultez quotidiennement le blog des énergies de la mer le blog des énergies et le portail mer-veille.

Futurs plans d’action pour le milieu marin
« Des plans d’actions pour le milieu marin concernant l’ensemble des eaux de la région devront dresser leur état initial et définir les objectifs à atteindre pour restaurer leur bon état écologique s’il y a lieu : La direction interrégionale de la mer Nord Atlantique et Manche Occidentale (Dirm) et la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Bretagne (Drealg) ont présenté la méthode de travail pour élaborer ces plans. La concertation au sein de la Conférence mer et littoral de Bretagne assurera leur cohérence d’ensemble. »

Une Charte régionale pour les dragages portuaires
« La Conférence Mer et littoral de ce jour a installé un groupe de travail « dragage portuaire ».. Il se réunira le 9 décembre pour définir une feuille de route, présentée à la prochaine réunion de la conférence. Objectif : une Charte régionale des dragages pour assurer pérennité et gestion environnementale des opérations de dragage portuaires. »

(*) Le 12 octobre dernier au Parlement européen afin de montrer leur désaccord avec les propositions pour la nouvelle PCP, Pierre Maille - président du Conseil général du Finistère et membre du Comité des régions de l'Union européenne - , Isabelle Thomas – vice-présidente de la région Bretagne chargée de la mer et de la protection du littoral - et André Le Berre – président du Comité régional des pêches maritimes et élevages marins - avaient convié les différents acteurs du secteur à une matinée d’échanges et de débats. Cette rencontre visait à sensibiliser les instances européennes aux enjeux de la pêche en Bretagne.

(**) Rappelons que le Pacte électrique breton repose de manière indissociable sur trois piliers : 

- maîtrise des consommations d’électricité, 

- développement des énergies renouvelables,

- sécurisation de l’approvisionnement électrique.
(Relire les articles du blog sur le Pacte électrique breton du 03/11/2010, 15/12/2010, 16/12/2010, 03/01/2011 et du 01/08/2011).


Pour en savoir plus sur les enjeux énergétiques de la Bretagne retrouvez les débats des 14è entretiens Sciences et Ethique 2010 « Energies, Villes et ports de demain » et les archives des éditions précédentes.


Prenez date : les 17 et 18 novembre 2011 pour participer aux entretiens Science et Ethique à Brest - Océanopolis sur le thème :
" Energies bleues pour une croissance verte ? "
Inscriptions en ligne ICI



Pour aller plus sur les questions de la Pêche :

- Relire également quelques-uns des articles parus dans le blog : le 10/11/2009, le 29/04/2010, le 03/05/2010

- Consultez les statistiques de la PCP

- Vous pouvez retrouver les débats des entretiens Science et Ethique 2004 qui abordaient ces problématiques au travers du thème « Les pêches et les avancées scientifiques ».



Les questions liées à la pêche (gestion de la filière, ressources halieutiques, gestion durable des espèces, biodiversité du littoral, PCP, conflits d'usages, avancées scientifiques et techniques) sont autant de sujets traités années après années lors des entretiens Science et Ethique.

Vous pouvez vous référer aux archives des entretiens et retrouver l'ensemble des interventions des acteurs de la filière de la pêche et les débats en vidéos.

Vous trouverez notamment les interventions des représentants du comité régional des pêches maritimes :

André Le Berre (président),
 Gérald Hussenot (secrétaire général),
 Violaine Merrien (chargée de mission).

Article RH 3B Conseils
Sources : Région Bretagne

lundi 24 octobre 2011

Succès des 6e Journées « découverte » Science et Éthique à Concarneau

Chaque année quelques semaines avant les entretiens Science et Ethique (*) se tiennent les « Journées Science et Ethique découverte » à destination des scolaires des villes du littoral. 
Celles-ci rencontrent à chaque édition un réel succès et une demande accrue de la part des écoles et des collectivités désireuses d’entrer dans cette programmation.



Ces journées, dont la démarche est de relier le local au mondial, sont des parcours pédagogiques traitant de la thématique des "entretiens Science et Ethique ou le devoir de parole" mais adapté à un territoire précis et à un public de scolaire (du CE1 à la 4ème). 

Pour chaque journée, un comité de programme (**) s’est constitué composé de municipalités, de centres de culture scientifique, d’associations et d’acteurs socio-économiques locaux. (Relire les articles du blog du 06/10/2011 et 13/10/2011).

« A la pêche aux déchets ! »
Pour la 6ème année consécutive, deux journées, spécialement conçues pour les scolaires ont été proposées par l’Association pour la Promotion de l’Ethique des Sciences pour un Développement Durable (APESTDD), les partenaires et et 3B Conseils, fondateur des entretiens Science et Ethique. Ces journées sont organisées avec l’aide de la Mairie de Concarneau et le soutien du Conseil Régional de Bretagne et du Conseil général du Finistère.

Les partenaires : le Musée de la Pêche, Ansel, le Marinarium, la conserverie des Mouettes d’Arvor, Cap vers la Nature, le CEFCM reçoivent les scolaires gratuitement dans leurs établissements.

Créées en 2006, les Journées découverte approfondissent depuis 2009, le thème de la gestion des déchets de la filière pèche, de la valorisation des co-produits (***) et de la question qui devient de plus en plus actuelle : comment produire de l’énergie à partir des déchets de poissons ?

50% de ce qui est pêché est directement consommé comme aliment. Les 50% restant résultent des opérations de transformation - éviscération, étêtage, filetage, cuisson – et peuvent être valoriser pour 96% comme farine, huile, hydrolysats, hachis congelés pour l’alimentation animale dont 23% pour le petfood.

Ces journées sont :
- un véritable accompagnement scolaire pour les enseignants qui profitent de ces Journées pour offrir à leurs élèves un panorama général des thématiques qui seront abordées au cours de l’année,
- une occasion pour les élèves d’aller sur le terrain en découvrant tous les aspects de la vie d’un territoire, à partir de disciplines scientifiques, environnementales, sociales et l’économique de la pêche, puis d’imaginer, de concevoir et de réaliser des projets sous forme de jeux pédagogiques…

C’est aussi une sensibilisation des jeunes aux études et informations scientifiques et techniques avec l’aide de spécialistes dès le début de leur année scolaire pour réaliser leur projet pédagogique.

En 2011, à Concarneau, 130 élèves des classes de CM1, 6e et BAC PRO d'établissements de Rosporden, Concarneau et Pontivy ont participé aux Journées découverte 2011 (****) :
- 1 classe BAC PRO du lycée de Pontivy : 40 élèves
- 3 classes du collège des Sables Blancs de Concarneau : 65 élèves
- 1 classe de l’école de Rosporden : 24 élèves.

Les visites, débats et mini-conférences proposées par les partenaires des Journées « découverte » Science et Ethique en Côtes d’Armor ont offert aux élèves une véritable base de travail ludique et pédagogique pour accompagner leur cursus scolaire.

C’est aussi une sensibilisation des jeunes aux études et informations scientifiques et techniques avec l’aide de spécialistes dès le début de leur année scolaire pour réaliser leur projet pédagogique. Plusieurs classes ont déjà prévu de présenter à la fin de l’année scolaire les travaux d’élèves.

Le programme des 13 et 14 octobre 2011 :

- au Marinarium, la présentation de la réglementation et la valorisation des co-produits et des pêches accessoires avec Annie Péron. Les élèves ont aussi aperçu l’exposition exceptionnelle sur le plancton et les aquariums, en attendant de revenir avec leurs classes ou leurs parents…

Toujours au Marinarium, Simone Grass de l’Association Cap vers la Nature a fait découvrir le recyclage naturel des « déchets » produits par les organismes vivants et a projeté un documentaire sur le cycle de vie en mer ;

- au Musée de la pêche et avec ANSEL, (Association de nettoyage au service de l’environnement et du littoral), la durée de vie et les différents types de déchets liés à la pêche, à la navigation de plaisance, mais aussi aux objets et déchets laissés sur les plages par les promeneurs … ainsi que la gestion de ces déchets …avec Jean Marie Béchu directeur du musée de la pêche, Aurélie Guénolé, Rachel Kerebel, animatrices et Lionel Lucas d’ANSEL ;




- toujours au Musée de la pêche une dégustation de produits de la mer mis à disposition par Danielle et Valérie Gonidec ( Mouettes d'Arvor) était offerte aux élèves (terrines de thon , saumon et coquilles Saint Jacques) ;

- à la conserverie Mouettes d’Arvor (Gonidec) qui accueillait exceptionnellement dans ce haut lieu de production, Danièle Gonidec a expliqué la valorisation des déchets de poissons.


Les Journées découverte ont aussi été l’occasion pour 3B Conseils et l’APESTDD de lancer la première plate-forme collaborative d’échanges de projets scolaires et d’informations…- : avec accès privilégié pour un meilleur échange entre enseignants, partenaires et organisateurs.

Grâce à cette plateforme, seront ainsi faciliter les échanges entre les différents participants et partenaires des Journées « découverte », permettant ainsi de partager des ressources et de constituer un réseau entre enseignants, partenaires et organisateurs. Cette plateforme permet en outre de trouver des informations sur le retour d’expériences, de poser des questions grâce au forum, d'échanger. C'est aussi un site qui permettra aux enseignants et aux scientifiques, chercheurs, associations… de déposer des documents sur la gestion des déchets et des co-produits de la pêche.

Retrouver toutes les photos des journées découvertes sur le site www.science-ethique.org

Le soutien des Collectivités :

Les Journées découvertes sont possibles grâce au soutien des collectivités qui soutiennent les initiatives de sensibilisation du public et des scolaires sur les enjeux de la préservation de l'environnement et du développement durable du territoire.

Le Conseil régional de Bretagne



Le Conseil général du Finistère,



La Ville de Concarneau



Les structures partenaires :

Marinarium de Concarneau – Muséum National d’Histoire Naturelle
Un musée de laboratoire qui expose les travaux des chercheurs dans les domaines de la vie marine, de l'environnement et des ressources de l'océan. www.mnhn.fr/mnhn

Musée de la Pêche de Concarneau (www.musee-peche.fr)
Situé dans le cadre exceptionnel de l'enceinte fortifiée de la Ville-Close, le Musée présente sur 1500m², l'histoire et les techniques des pêches maritimes du monde entier. Deux heures de visite (dioramas, maquettes, vidéos, aquariums, embarcations) De quoi en apprendre sur le monde de la pêche, sur la construction des navires et sur toutes les méthodes de conservation du poisson.


Conserverie Gonidec « Les Mouettes d'Arvor » (www.gonidec.com)
Sardinerie emblématique de Concarneau une visite exceptionnelle est organisée avec Danièle Gonidec. Une véritable immersion dans l'univers traditionnel de la fabrication de conserves de sardines, maquereaux, thon….

Association de Nettoyage au Service de lʼEnvironnement et du Littoral (ANSEL) (http://asso.ansel.free.fr)
Dʼaprès le programme de lʼONU (organisation des Nations Unies) pour lʼenvironnement chaque kilomètre carré dʼocéan contiendrait 120 000 morceaux de plastique causant ainsi la mort dʼun million dʼoiseaux et de 100 000 mammifères marins. Dans certain endroit de lʼocéan, il y a six fois plus de plastique que de plancton. La laisse de mer … Il y a déchets et déchets !
Réagir tous ensemble avec l’association ANSEL et réduire enfin cette dramatique pollution…

Cap vers la nature (www.cap-vers-la-nature.org )
Une association loi de 1901 agréée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, animée par des professionnels spécialisés en aquaculture, dont objectif consiste à faire connaître la vie aquatique, depuis ses composantes microscopiques telles que le plancton jusqu'aux liens que l'homme entretient avec elle.

Remerciements au CEFCM pour son accueil



(*)
Les 15e entretiens « Science et Ethique ou le devoir de parole » ( créés par 3B Conseils en 1997 à Brest) se dérouleront les 17 et 18 novembre 2011 à Océanopolis et auront pour thème « Energies bleues pour une croissance verte ? ».



(**)
Le comité de programme :
- Professeur Michel Glémarec, Président de l’Association pour la Promotion de l’Ethique des Sciences et Technologies pour un Développement Durable (APESTDD),
- Jean-Marie Béchu Musée de la pêche ,
- Danièle Gonidec, Conserverie Les Mouettes d’Arvor (Gonidec),
- Simone Grass, Association Cap vers la Nature !
- Isabelle Inial, collège des Sables Blancs,
- Françoise Le Cam, collège Saint Joseph,
- Lionel Lucas, Association de nettoyage au service de l’environnement et du littoral (ANSEL)
- Annie Péron, Marinarium (Muséum National d’Histoire Naturelle)
- Brigitte Bornemann, déléguée générale, 3B Conseils avec la participation de Christine Naud (APESTDD), Sophie Marchand Leclère et Régis Hébert, 3B Conseils.

(***) Un co-produit de la pêche est une matière créée en même temps que la capture et la transformation d’un poisson : pêches accessoires (poissons capturés accidentellement), têtes de poissons, écailles,... C’est un produit inévitable, mais que l’on peut utiliser et valoriser !
En Bretagne, la pêche produit 70.000 tonnes de co-produits chaque année . La gestion des déchets issus de la pêche (vieux filets, huiles de fritures, chute d’emballage,...), mais aussi les déchets ménagers produits à bord des bateaux de pêche, est réglementée par des lois françaises et internationales.

Ainsi, il existe de nombreuses utilisations des co-produits. Ils sont d’ailleurs très largement employés pour faire des produits de beauté, de la nourriture pour les animaux. Les scientifiques et les industriels cherchent de nouvelles applications.



(****) Chiffres des Journées « découverte » des entretiens Science et Ethique à Concarneau :
en 2008 : 10 classes, soit 214 élèves , en 2009 : 10 classes, soit 225 élèves, en 2010 : 8 classes, soit 172 élèves ont découvert les co-produits de la pêche avec les animateurs du Marinarium, du musée de la pêche de la Conserverie Mouettes d'Avor et les associations Ansel et Cap vers la nature...



Article RH / BB 3B Conseils
Photos : Christine Naud