lundi 28 février 2011

Préfecture du Finistère : le secrétaire général Jacques Witkowski part, Martin Jaeger arrive

Quimper (France - U.E) - 28/02/2011 - 3B Conseils - Jacques Witkowski, Secrétaire général de la préfecture du Finistère a été nommé secrétaire général de la préfecture du Pas-de-Calais, par décret du président de la République le 22 février dernier. Il avait rejoint la préfecture du Finistère, en juin 2008. Il est remplacé par 
le secrétaire général pour les affaires régionales auprès du préfet de Corse, Martin JAEGER, 57 ans, qui est nommé sous-préfet hors classe.

Article : BB
Sources : Acteurs publics - Le Télégramme

jeudi 24 février 2011

Accords en vue entre le CESE et le CESR Bretagne

Rennes (France - UE) - 24/02/2011 - 3B Conseils - Jean-Paul Delevoye, Président du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) doit rencontrer aujourd'hui les membres du Bureau du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESER) de Bretagne afin d’échanger sur les modalités de coopération et les travaux des deux assemblées. L'objectif est d'intégrer les initiatives et innovations régionales aux réflexions conduites au niveau national par le CESE.

Rappelons que le rapport passionnant du CESER Bretagne publié en mars 2009 "Des énergies marines en Bretagne : à nous de jouer !" et dont les rapporteurs sont Guy Jourden et Philippe Marchand avec l'assistance technique de Fanny Tartarin, a été repris au niveau national par Gisèle Gautier, Sénatrice de Loire Atlantique dans le cadre de son rapport sur les nouveaux métiers des énergies marines renouvelable remis à Nathalie Kosciusko-Morizet en janvier dernier.

Afin, à signaler que l’assemblée des Conseils Économiques, Sociaux et Environnementaux Régionaux (CESER) de France a renouvelé ses instances. Alain EVEN, Président du CESER de Bretagne, a été réélu président, pour un mandat de 3 ans.

Article : BB
Source : CESR Bretagne, Sénat.

mercredi 23 février 2011

Négociation Développement durable à Nairobi et remise en ordre de la filière nucléaire en France

Nairobi (Kenya) 22/02/2011 - 3B Conseils - La 26e session du Conseil d'administration/Forum ministériel mondial sur l'environnement (CA/FMME) du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) s'est ouverte à Nairobi le 21 février jusqu'au 24 février en présence des délégués de 140 pays, dont 80 ministres.

"En dépit du nombre impressionnant d'institutions, d'accords et de protocoles, la gouvernance de l'environnement est aujourd'hui de plus en plus fracturée et fragmentée", d'après Achim Steiner directeur exécutif du PNUE. A l'approche de l'échéance de la prochaine conférence des Nations Unies sur le développement durable qui se tiendra à Rio de Janeiro en juin 2012, "nous avons besoin d'un cadre plus fort et plus cohérent pour une gouvernance mondiale de l'environnement", a insisté le ministre congolais de l'Environnement, Henri Djombo, président en exercice du conseil de gouvernement du PNUE.



La communauté internationale reste divisée quant à l'opportunité de renforcer les différentes institutions existantes, à commencer par le PNUE, ou de créer une nouvelle organisation internationale, comme le réclame la France. D'après son Cabinet, Nathalie Kosciuzco-Morizet, ministre de l'écologie, présente ce mercredi, "la vision de la France pour la réforme des institutions internationales de l'environnement et du développement durable en vue de la création d'une Organisation mondiale de l'environnement". L'idée est aussi de prendre en compte les discussions menées lors de la présidence du G20. 



Le nucléaire en France et ses partenariats asiatiques.
Parallèlement, en France, l'Elysée a souhaité mettre de l'ordre dans le nucléaire français. D'après notre confrère Emmanuel Grasland - Les Echos, le Conseil de politique nucléaire, qui se déroulait lundi soir sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a donné lieu à "une batterie d'initiatives".

Première décision : conduire des négociations avec les autorités chinoises, en vue d'un partenariat global entre la France et la Chine, portant sur l'ensemble des activités nucléaires civiles, y compris la sûreté. Ce partenariat pourra inclure le développement d'un réacteur de moyenne puissance (1.000 MW), « appartenant à la troisième génération » et « reposant sur l'expérience réussie des industriels français et chinois ». Avec cette annonce, l'Elysée officialise la possibilité pour EDF de développer un réacteur de 1.000 MW en partenariat avec le chinois CGNPC (China Guangdong Nuclear Power) signature qui devait intervenir en novembre dernier lors de la visite à Paris du président Hu Jintao. La conséquence serait de ne pas utiliser le réacteur Atmea, développé par Areva et son partenaire japonais Mitsubishi.



Les négociations de ce partenariat général avec la Chine seront menées par Bernard Bigot*, Administrateur général du CEA, actionnaire de référence d'Areva.



Deuxième annonce, le Conseil de politique nucléaire a décidé de la mise à l'étude d'un projet de construction en France d'un réacteur nucléaire de génération III+ Atmea 1TM ** (modèle à eau sous pression de 1 100 MWe) destiné à tous types de réseaux et en particulier aux réseaux électriques de moyenne puissance. Cette décision devrait satisfaire Areva et, surtout, GDF Suez, qui milite de longue date pour la construction d'un réacteur de ce type dans la vallée du Rhône.

Troisième annonce, la création d' « un comité stratégique de l'énergie nucléaire, réunissant l'ensemble des acteurs de la filière nucléaire » qui se réunira sous la présidence d'Eric Besson, ministre de l'Energie. Henri Proglio, président d'EDF assurera l'animation du comité de pilotage. La mission de ce comité est « de renforcer les relations et les partenariats entre les différents acteurs de l'industrie nucléaire ». Dans ce cadre, le rôle prééminent d'EDF dans la filière a été réaffirmé, lorsque la France sera sollicitée « pour ses compétences d'architecte-ensemblier ».



* Pour mémoire, Bernard Bigot avait inauguré les entretiens Science et Ethique en 1997, alors qu'il était Directeur général de la recherche et de la technologie au Ministère de l’Education Nationale, de la Recherche et de la Technologie.

** Créée en 2007 et basée à Paris, ATMEA co-entreprise AREVA / Mitsubishi Heavy Industries (MHI) présidée par Stefan vom Scheidt, ambitionne de prendre la place de numéro un mondial pour les réacteurs nucléaires de taille moyenne. MHI fabrique une partie du réacteur EPR en Finlande. Voir la vidéo ici.

Article : BB

Sources : Les Echos, PNUE, Romandie.com, AREVA

mardi 22 février 2011

Accord en vue entre le CESR Bretagne et le CESE National

Rennes (France - UE) - 22/02/2011 - 3B Conseils - Le jeudi 24 février, Jean-Paul Delevoye, Président du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) rencontrera les membres du Bureau du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESER) de Bretagne afin d’échanger sur les modalités de coopération et les travaux des deux assemblées. L'objectif est d'intégrer les initiatives et innovations régionales aux réflexions conduites au niveau national par le CESE.

Rappelons que le rapport remarquable du CESER de Bretagne publié en mars 2009 "Des énergies marines en Bretagne : à nous de jouer !" et dont les rapporteurs sont Guy Jourden et Philippe Marchand, a été repris au niveau national par Gisèle Gautier, Sénatrice de Loire Atlantique dans le cadre de son rapport sur les nouveaux métiers des énergies marines renouvelable remis à Nathalie Kosciusko-Morizet en janvier dernier.

Afin, à signaler que l’assemblée des Conseils Économiques, Sociaux et Environnementaux Régionaux (CESER) de France a renouvelé ses instances. Alain EVEN, Président du CESER de Bretagne, a été réélu président, pour un mandat de 3 ans.

Article : BB
Source : CESR Bretagne, Sénat.

lundi 21 février 2011

Michel Butor au Musée des Beaux Arts à Brest





Brest (France - UE) - 21/02/2011 - 3B Conseils. Françoise Daniel conservatrice du musée des Beaux Arts de Brest a le don avec son équipe de réaliser des expositions hors du commun. Celle qui se tient jusqu'au 10 avril prochain sur "Michel Butor et les artistes" nous entraîne dans son monde où les mots .... entrent en peinture. ...

Michel Butor (né en 1926) est connu comme romancier et poète, son travail avec les peintres est devenu une part importante de ses écrits. Après ses livres sur l’art, il a inventé une forme très particulière de l’écrit dans la peinture, instaurant dans le livre d’artiste une création croisée.
C'est autour d'un livre en céramique "Fragilité" réalisé à l'occasion de cette exposition que Nicolas Federenko et Michel Le Gentil ont travaillé et nous font découvrir ce monde lisse, difficile - comme des tables de la Loi. Des projections de documentaires sur Michel Butor, Pierre Alechinsky et Georges Perros rendent totalement accessibles à tous la part expérimentale et novatrice de son travail réalisé avec des compagnons autour de mai 1968, comme Jacques Hérold, Bernard Dufour, Camille Bryen, Jiri Kolar et sa longue collaboration avec Bertrand Dorny, Jean-Luc Parant ou Julius Baltazar.
Des pièces sont dispersées dans toutes les salles, une lettre mensuelle rédigée par Mathilde Pigallet vous renseigne abondamment sur tous les évènements. ... Une visite commentée est prévue le 24 février prochain.
Musée des beaux-arts 24, rue Traverse 29200 Brest 02.98.00.87.96
musee-beaux-arts@brest-metropole-oceane.fr


Article : BB
Source : Musée des Beaux Arts

vendredi 18 février 2011

Les Portes Ouvertes de l'ENIB : 19 février 2011




Les Portes Ouvertes de l’École Nationale d’Ingénieurs de Brest (ENIB) auront lieu le samedi 19 février 2011 de 9h à 12h et de 14h à 17h.

Cette journée sera l’occasion pour les élèves de terminales S, STI, STL et autres filières scientifiques, attirés et motivés par les métiers de l’ingénieur, de découvrir l’école et de s’informer sur les cycles de la formation.

Enseignants et élèves-ingénieurs de l’école accueilleront les lycéens des classes scientifiques et leurs parents pour leur présenter l’établissement, les laboratoires de recherche, et plus spécifiquement la formation d’ingénieurs. Les portes ouvertes seront l’occasion de rencontrer et d’échanger avec les enseignants de l’ENIB.
C’est également un bon moyen de conforter son choix avant les inscriptions en 1ère année sur le portail : www.admission-postbac.fr jusqu’au 20 mars 2011.

Rendez-vous dès 9h pour suivre un parcours d’information en 2 temps :

- Présentations générales de l’école en amphi stiff à partir de 9h toutes les 30 minutes (durée 20 minutes).

- Visites guidées de l’établissement et des laboratoires de recherche par groupes de 20 personnes maximum à partir de 9h toutes les 20 minutes (durée 60 minutes).




À propos de l’École Nationale d’Ingénieurs de Brest (ENIB) –

L’ENIB est une école du groupe ENI, un réseau de cinq grandes écoles publiques d’ingénieurs généralistes sous tutelle du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.
L’école est implantée au Technopôle Brest-Iroise regroupant laboratoires de recherche et industries de pointe. Elle vise à transmettre à ses élèves de solides compétences en science de l’ingénieur et sciences des Technologies de l’information et de la communication à dominante électronique, informatique et mécatronique pour tous les métiers de l’industrie.

L’école est membre du Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) de l’Université Européenne de Bretagne (UEB), habilitée par la CTI (Commission des Titres d’Ingénieur) et labellisée EUR-ACE (accréditation des formations d’ingénieurs en Europe).
Membre des pôles de compétitivités : « Images & réseaux » et « Mer Bretagne », l’ENIB mène au sein des 3 laboratoires de recherche des activités axées sur l’informatique des systèmes complexes, l’électronique, l’optronique et les télécommunications ainsi que la mécanique des systèmes.
Ainsi, depuis 1961 au sein du groupe des Écoles Nationales d’Ingénieurs, l’ENIB forme des ingénieurs passionnés qui recherchent l’efficacité et l’optimisation dans le respect de contraintes multiples qu’elles soient économiques, humaines ou environnementales et accompagnent l’évolution de notre société.


A l'occasion de ces Portes Ouvertes, nous rappelons que l’ENIB a participé à la création à Brest d’un mastère spécialisé dans les Énergies marines renouvelables, une formation portée par l’ENSTA Bretagne (ex ENSIETA) où intervient également l'Ecole Navale, Télécom Bretagne, l'IUEM/UBO, Ifremer et le Cetmef, avec le soutien du Pôle Mer Bretagne et d’industriels. (Relire l’article du blog du 28/09/2010)
Le blog des énergies de la mer sera présent lors de cette journée de l'ENIB.


Avec la présence à Brest de plus de la moitié du potentiel français en recherche marine, l’agglomération dispose en effet des atouts fondamentaux pour le développement d’une nouvelle filière industrielle française.


Rappelons enfin que Jacques Tisseau - directeur de l’ENIB- avait participé aux entretiens Science et Ethique 2005 dont le thème central était « Le littoral et les avancées scientifiques ».

Son intervention portait sur la «  modélisation des systèmes complexes en réalité virtuelle ». Revoir son intervention.



Article RH 3B Conseils
Sources ENIB
Photos ENIB.

jeudi 17 février 2011

"Campus d'innovation Ouest", l'ambition commune de la Bretagne et des Pays de la Loire


Les investissements d'avenir, ce sont cinq priorités nationales dans les domaines de l'enseignement supérieur et la formation, la recherche, l'industrie et les PME, le numérique et le développement durable, qui seront financées par l’emprunt national à hauteur de 35 milliards d'euros.

Dans ce cadre, des appels à projets nationaux a été lancés pour sélectionner des initiatives d'excellence (IDEX). La Région Bretagne et la Région des Pays de la Loire ont souhaité y répondre en proposant un projet commun : le Campus d'innovation Ouest. (Relire également l'article du blog du 18/01/2011 : "Enseignement supérieur : 51 établissements de l'Ouest s'unissent pour le Grand emprunt".)

"Campus d'innovation Ouest" fait partie des 17 projets d'"initiatives d'excellence" déposés dans le cadre du Grand emprunt pour faire naître des campus à vocation mondiale, mais seuls "cinq à dix" d'entre eux seront sélectionnés pour recevoir autour d'un milliard d'euros de dotations.

Le 16 février, la Bretagne et les Pays de la Loire ont présenté ce projet de campus d'excellence des deux régions, comme projet de territoire structuré autour de thématiques fortes comme la mer. Il s'agit du seul projet interrégional puisqu'il concerne deux régions et sept villes (Nantes, Rennes, Angers, Le Mans, Brest, Vannes et Lorient). Il s'agit là d'une occasion de faire reconnaître l’Ouest de la France comme un territoire majeur de l’économie de la connaissance.

Regroupant les Pôles de recherche et d'enseignement supérieur de Bretagne et des Pays-de-la-Loire, le projet "Campus d'innovation Ouest" est conçu autour de cinq thématiques : mer, santé, matériaux, alimentation durable et réseaux-télécommunications.

Les axes d’intervention concernent quant à eux l’accueil de chercheurs étrangers, le renforcement de la recherche pluridisciplinaire, la diffusion de la culture scientifique, la mobilité internationale des étudiants, le soutien aux formations internationales (Master et Doctorat) et la valorisation…

Lors de la présentation du projet Jean-Yves Le Drian a indiqué : "Nous avons décidé de dépasser des concurrences secondaires pour bâtir un projet commun du grand Ouest". Pour Jacques Auxiette, "Il y a une dimension industrielle et c'est une démarche fondamentale d'aménagement du territoire".


IDEX en bref :

- Sur les 35 Md€ mobilisés au titre du Grand emprunt national, 21,9 Md€ seront dédiés à l’enseignement supérieur et à la recherche, dont 7,7 Md€ pour les Initiatives D’EXcellence (IDEX).

- 5 à 10 projets IDEX retenus, soit environ 1 Md€ par projet en capital permettant l’utilisation d’environ 30 M€ d’intérêts annuels sur 10 ans.

- Campus d’Innovation Ouest = 50 établissements d’enseignement et de recherche et 3 500 chercheurs évalués A ou A+ dans 5 thématiques

Les 2 Régions s’engagent à hauteur de 80 M€ sur 10 ans, soit 4 M€ par an et par collectivité. Les autres collectivités partenaires apporteront également un soutien financier au projet.

Le calendrier :

- Pré-projet déposé le 7 janvier 2011 à l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Les collectivités ont financé une assistance à maîtrise d’ouvrage pour le dépôt du dossier.

- Phase de pré-sélection par un jury international qui émettra des recommandations fin février aux porteurs de projets pré-sélectionnés.

- Choix définitif de l’ANR : fin juillet 2011


Pour aller plus loin, relire notamment les articles du blog sur le grand emprunt du 20/09/2010, 29/07/2010, 21/07/2010, 15/07/2010, 21/04/2010, 21/01/2011



Article RH 3B Conseils
Sources : Région Bretagne / Région des Pays de la Loire

mercredi 16 février 2011

Surveillance des pêches : extension des compétences du Cross Etel

Le CROSSA (*) - Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage pour l’Atlantique - à Etel (Morbihan) possède comme ses homologues métropolitains (CROSS Gris-Nez, Jobourg, Corsen et La Garde), les missions permanentes en matière de :
- recherche et le sauvetage des personnes en détresse en mer ;
- surveillance et la police des pêches maritimes ;
- surveillance de la navigation maritime et la police de la circulation maritime ;
- diffusion des renseignements de sécurité maritime ;
- surveillance des pollutions marines.

S’agissant de la surveillance des pêches sur le littoral français, les compétences du Cross Etel vont être élargies puisque, dans quelques mois, il deviendra l'unique centre de contrôle pour tout l'hexagone. Cette prochaine extension du champ de compétence du centre d'Etel, initialement programmée pour avril 2011, devrait être effective en septembre prochain.

Actuellement, la zone de compétence du CROSSA Etel comprend la plus grande partie du golfe de Gascogne. Elle s'étend du parallèle de la Pointe de Penmarc'h au Nord, à la frontière espagnole au Sud, jusqu’au méridien 008° Ouest. Les autres zones, Manche et Mer du Nord d'une part, Méditerranée de l'autre, sont actuellement contrôlées par les centres de Griz Nez (Manche) et de La Garde (Var).

Dans quelques mois, le Cross Etel, qui est déjà chargé au plan national du système de surveillance par satellites des navires de pêche, deviendra donc l'unique centre de contrôle au plan national. C'est donc lui qui orchestrera et coordonnera l'ensemble des moyens nautiques et aériens engagés dans la surveillance des pêches.

Notons que pour l’année 2010, les services de l’Etat en charge des pêches maritimes ont réalisé 1710 contrôles sur les bateaux de pêche entre le Mont-Saint-Michel et l’Espagne ( 20% de missions de police supplémentaires par rapport aux objectifs nationaux) et relevés 191 infractions liées à la pêche.

Les autorités annoncent déjà pour 2011 un renforcement de opérations avec la mise en commun d’un plan inter-régions (Bretagne / Pays de la Loire). « Un plan unique, pour la mer, le débarquement et les opérations à terre sera enrichi aux pêcheries d'intérêt régional (tourteau et araignée, coquille, anguille, saumon, pousse-pieds, pêche à pied) ainsi qu'à la pêche illicite. Il sera également élargi, au-delà du contrôle des pêches, à la protection du milieu marin » comme l’a indiqué le Directeur interrégional adjoint de la mer (DIRM) dans les zones Nord Atlantique et Manche Ouest - René Goallo, - à l'issue du comité de coordination régionale de surveillance des pêches à Etel, le 11 février dernier.

(*) Le CROSSA Etel créé le 1er juillet 1967 à Lorient et transféré à Etel en avril 1969, est placé sous l'autorité organique du Directeur Régional des Affaires Maritimes de Bretagne et relève de l'autorité opérationnelle du Préfet Maritime de la Région Atlantique pour les opérations de sauvetage des personnes en détresse en mer et les opérations relevant des attributions de police générale ou de coordination des moyens de l'Etat en mer.

Article RH 3B Conseils
Sources Télégramme
Photos Direction des Affaires maritimes

mardi 15 février 2011

Vers un « Erasmus maritime » ?


Après son élection, à la tête de la Conférence des Régions Périphériques Maritimes (CRPM) Jean-Yves LE DRIAN – par ailleurs président de la Région Bretagne - avait souligné les principaux enjeux de son mandat à la CRPM : « les dossiers majeurs seront la politique de cohésion car il s'agit là de ce qui nous permet de développer nos atouts et la politique maritime qui est notre identité profonde. Mais concentration ne signifie pas exclusion des autres domaines d'action : je serai en particulier attaché à faire progresser le dossier de l'accessibilité qui n'est pas encore parvenu à un niveau qui puisse nous satisfaire. » (Relire l'article du blog du 4/10/2010).

Pour le président LE DRIAN, les politiques régionale et maritime sont au cœur des débats et notamment la façon dont la politique régionale peut devenir le moteur d'un nouveau modèle de développement, ainsi que sur la mise en œuvre d'une politique maritime intégrée.


La Conférence des Régions Périphériques Maritimes d’Europe est un interlocuteur des institutions communautaires et des gouvernements nationaux pour défendre les intérêts de ses membres autour de deux axes : la solidarité européenne envers les régions et les questions maritimes. Pour ce faire, la CRPM prend position sur toutes les politiques européennes  qui la concernent (fonds structurels, formation, recherche et innovation, changement climatique…).


Lors de son bureau politique à Caen le 11 février dernier, les représentants des régions ont pu notamment marquer leur intérêt pour la proposition de la commission européenne en vue de la création de gardes-côtes européens (Relire également l'article du blog du 25/11/2010 sur l'Accord de Bonn).

Par ailleurs, les Régions qui soutiennent déjà activement la recherche et l’innovation via notamment la recherche sur le bateau du futur ont émis également le souhait d’être des acteurs à part entière dans le domaine de la pêche  en participant aux prises de décision. 

Enfin pour la CRPM, « il importe également de doter les jeunes des outils de formation leur permettant de trouver un emploi. Pour cette raison, la mise en place du dispositif Vasco de Gama, un « Erasmus maritime », pour lequel 10 régions européennes dont la Basse-Normandie et la Bretagne sont pilotes, permettrait de doter les formations maritimes de moyens complémentaires qui favoriseraient la mobilité européenne et internationale des jeunes. »

Cet "Erasmus Maritime » cher à Jan-Yves LE DRIAN est également salué par la Commission européenne puisque dès l’installation du nouveau président de la CRPM, la commissaire européenne Maria Damanaki avait salué cette initiative en déclarant : « Ce programme que vous avez baptisé "Vasco de Gama" semble réellement très prometteur et il pourrait jouer un rôle essentiel dans la dimension sociale de la Politique Maritime Intégrée".

Elle poursuivait par ailleurs, « nous devons maintenant travailler sur la façon dont la politique maritime peut amorcer croissance et durabilité économique et environnementale. Nous sommes convaincus que les Régions peuvent et doivent être les acteurs clés de la croissance intelligente, durable et inclusive que la stratégie Europe 2020 va initier ». Enfin, elle a rappelé que la Commission a établi un programme financier de 50 millions d'euros pour soutenir plus avant le développement de la Politique Maritime Intégrée pour 2011, 2012, 2013.

A l’occasion de ce bureau de la CRPM à Caen le président Laurent Beauvais, - président du la Région Basse-Normandie et Président de l’Arc Atlantique a déclaré «  Les ressources liées à la mer sont un facteur de croissance : les Energies Marines Renouvelables, la valorisation de nos ressources naturelles, le développement de la pêche durable telle qu’elle est pratiquée en Basse-Normandie,  sont autant de forces que nous devons déployer. Cette dynamique doit être portée par tous les bas-normands et toutes les régions de l’Arc Atlantique qui partagent la même problématique, et ainsi nous aider à convaincre l’Union Européenne et la France de la nécessité de nous octroyer des fonds européens supplémentaires après 2014. »

Pour en savoir plus sur les projets liés aux énergies marines en France et en particulier dans les région Bretagne, Pays de la Loire et en Normandie consultez le blog des énergies de la mer.

Article RH 3B Conseils
Sources : CRPM / Commission européenne / Région Bretagne / Région Basse-Normandie
Photo : Région Bretagne

lundi 14 février 2011

Conseil de lecture et rencontre : "Biogée" de Michel Serres



Professeur à Stanford University, membre de l’Académie française, Michel Serres (*) auteur de nombreux essais philosophiques et d’histoire des sciences (**), est l’un des rares philosophes contemporains a proposé une vision de monde ouverte, fondée sur une connaissance des humanités et des sciences.

Michel Serres est l’invité de la Librairies Dialogues à Brest ce lundi 14 février à 18 heures pour présenter son dernier ouvrage « Biogée ».
Rappelons que Dialogues est partenaire des entretiens Science et Ethique et a co-organisé cette année deux rencontres "autour des entretiens" (voir les articles du blog du 14/01/2011 et 26/01/2011).

"Biogée" : Bio veut dire la Vie et Gé veut dire la Terre, comme dans Géographie. "La Vie, on le sait, habite la Terre et la Terre se mêle à la Vie". Au travers cet ouvrage clair et accessible, la Terre nous parle et nous invite à méditer sur notre environnement.

Pour faire entendre le bruit de fond du monde et la voix des vivants, Michel Serres a appelé à l’aide le récit de la nouvelle, l’évocation poétique ou musicale, les raisons scientifiques et la méditation propre à la philosophie… en une mosaïque la plus proche possible de l’expérience positive de la vie. "Biogée est une rhapsodie où alternent le conteur et le philosophe".

«Biogée raconte, par exemple, comment certains marins se sauvèrent de tempêtes dramatiques, au Sud de la Crête ; comment des mariniers de Garonne se tirèrent d’énormes inondations ; comment des montagnards chanceux se sortirent de crevasses mortelles, dans les Alpes, et comment un gardien de phare italien dut affronter, du temps de la marine en bois, un envahissement de rats venus, par milliers, d’un bateau, où ils avaient déjà mangé tout l’équipage…
Il relate enfin comment d’anciens savants négocièrent, en Sicile, l’éruption de l’Etna et comment tel récent chercheur évita la folie des bombes atomiques, en disparaissant de sorte que nul jamais ne le retrouva. Toutes histoires de la Biogée : des quatre éléments de la Terre, d’abord : eaux en furie, vents déchaînés, glaciers maléfiques, feux peu maîtrisables… puis, de la Vie, aussi : bêtes dont le nombre accable… Chaque personnage, ici, vit d’un métier en relation directe, quasi fusionnelle, avec la mer ou le fleuve, les voiles et l’ouragan, la roche et la neige, les fournaises ou les animaux. »

Il donne la parole à un fleuve, à une montagne, à un volcan... bref, aux éléments, composant un livre atypique où les récits autobiographiques valent autant que les théories philosophiques. On croise ici des marins en perdition, des alpinistes tombés au fond de crevasses, des savants désespérés... D'Archimède et Empédocle à Hiroshima et Manhattan Project, Michel Serres interroge notre rapport à la Terre, cette Biogée dont il décrit le rythme.


(*) Michel Serres : Philosophe, historien de la philosophie et des sciences Né à Agen, le 1er septembre 1930, Michel Serres entre à l’École navale en 1949 et à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1952. Agrégation de philosophie en 1955. De 1956 à 1958, il sert comme officier de marine sur divers vaisseaux de la Marine nationale : escadre de l’Atlantique, réouverture du canal de Suez, Algérie, escadre de la Méditerranée. Doctorat en 1968. Enseigne à Clermont-Ferrand, Vincennes, Paris I, et Stanford University. 
Élu à l’Académie française, le 29 mars 1990, au fauteuil d’Edgar Faure (18e fauteuil).

(**) Les œuvres de Michel Serres :
1968 Le Système de Leibniz et ses modèles mathématiques, 2 vol. (PUF)
1969 Hermès I. La communication (Minuit)
1972 Hermès II. L’interférence (Minuit)
1974 Hermès III. La traduction (Minuit)
1974 Jouvences. Sur Jules Verne (Minuit)
1975 Auguste Comte. Leçons de philosophie positive, t. I (Hermann)
1975 Feux et signaux de brume. Zola (Grasset)
1975 Esthétiques. Sur Carpaccio (Hermann)
1977 La Naissance de la physique dans le texte de Lucrèce. Fleuves et turbulences (Minuit)
1977 Hermès IV. La distribution (Minuit)
1980 Hermès V. Le passage du Nord-Ouest (Minuit)
1980 Le Parasite (Grasset)
1982 Genèse (Grasset)
1983 Rome. Le livre des fondations (Grasset)
1983 Détachement (Flammarion)
1985 Les Cinq Sens, prix Médicis de l’Essai (Grasset)
1987 L’Hermaphrodite. Sarrasine sculpteur (Flammarion)
1987 Statues (François Bourin)
1989 Éléments d’histoire des sciences (en collaboration) (Bordas)
1990 Le Contrat naturel, prix Blaise Pascal (François Bourin )
1991 Le Tiers-Instruit (François Bourin)
1992 Éclaircissements (François Bourin)
1993 La Légende des Anges (Flammarion)
1993 Les Origines de la géométrie (Flammarion)
1994 Atlas (Julliard)
1995 Éloge de la philosophie en langue française (Fayard)
1997 À visage différent (coll.) (Hermann)
1997 Nouvelles du monde (Flammarion)
1997 Le Trésor. Dictionnaire des sciences (coll.) (Flammarion)
1998 Paysages des sciences (Le Pommier)
1999 Variations sur le corps (Le Pommier)
2000 Hergé mon ami (Éd. Moulinsart)
2001 Le Livre de la médecine (coll.) (Le Pommier)
2001 Hominescence (Le Pommier)
2002 L'Homme contemporain (Le Pommier)
2002 En amour, sommes-nous des bêtes ? (Le Pommier)
2002 Jules Verne : la science (Le Pommier)
2003 L'Incandescent (Le Pommier)
2003 Qu'est-ce que l'humain ? (coll.) (Le Pommier)
2004 Rameaux (Le Pommier)
2006 Récits d'Humanisme (Le Pommier)
2006 Petites chroniques du dimanche soir (Le Pommier)
2006 L'art des ponts : homo pontifex (Le Pommier)
2007 Le mal propre (Le Pommier)
2007 Carpaccio, les esclaves libérés (Le Pommier)
2007 Petites chroniques du Dimanche soir, tome II (Le Pommier)
2008 La guerre mondiale (Le Pommier)
2009 Petites chroniques du dimanche soir (tome III) (Le Pommier)
2009 Temps des crises (Le Pommier)
2009 Écrivains, savants et philosophes font le tour du monde (Le Pommier)
2010 Biogée (Le Pommier - éditions-dialogues.fr.)



Article RH 3B Conseils
Sources : Dialogues / Académie française

jeudi 10 février 2011

Exposition "Rendez-vous aux Pôles" à la Maison de la Bretagne



La Maison de Bretagne et le cercle Polaire vous propose jusqu'au 21 février, de découvrir " Rendez-vous aux Pôles", une exposition pour découvrir les zones arctique et antarctique.

Malgré un environnement particulièrement difficile (nuit permanente et températures allant de - 50 à - 89 °C en hiver), les régions polaires sont les territoires d'une faune adaptée aux conditions extrêmes. Cette exposition organisée par l'ONG "Le cercle polaire" est l'occasion de découvrir par des sons et images quelques unes des espèces emblématiques des faunes australe et boréale et les menaces que le réchauffement climatique fait peser sur elles.

L’ONG le Cercle Polaire a pour objet d’élaborer et de promouvoir une authentique culture scientifique des zones arctique et antarctique, et d’œuvrer pour une meilleure gouvernance des régions polaires à même d'assurer une gestion durable et responsable de ces environnements. Les régions polaires sont des régions clés dans la compréhension de la dynamique du climat global partant du réchauffement climatique de la Terre.

le Vernissage a eu lieu le 26 janvier dernier en présence de :
- Michel Rocard, Premier Ministre - Président d’Honneur de l’association du cercle polaire
- Claudy Lebreton, Président du Conseil Général des Côtes d’Armor
- Mme Kaourintine Hulaud - Conseillère régionale déléguée à la Maison de la Bretagne.

La Maison de la Bretagne et le Cercle polaire vous propose une visite commentée exceptionnelle le lundi 14 février à 18 heures par Maryse Sarault - Directrice de Art Inuit Paris.

Pour aller plus loin :












Rappelons que la question du changement climatique a été le fil conducteur des entretiens Science et Ethique 2009 « l’Heure bleue : le changement climatique et les énergies de la mer ».

Voir notamment l’intervention d’Anne Choquet enseignante-chercheur associée à l’AMURE – UBO lors de la première table ronde autour de la thématique : Changement climatique : les enjeux Nord Sud, la sécurité maritime et pêche. Son intervention portait sur "les glaces fondent : l'Arctique est convoitée"



- Revoir les vidéos de l’interview exclusive de Michel Rocard, ambassadeur pour les pôles avait accordé pour les 13è entretiens Science et Ethique en 2009 (vidéo1 et vidéo2) Une interview donnée à Hubert Coudurier du Télégramme / Tébéo TV et de Sylvie Andreu de France Culture diffusé lors de cette rencontre.




- Revoir également l’interview exclusive de S.A.S le Prince Albert de Monaco (ICI) accordée pour les 10è entretiens Science et Ethique en 2006. L’interview étant réalisée par les Webtrotteurs (lycées Vauban et Kerichen de Brest) partenaires des entretiens Science et Ethique.







Relire également l'article du blog du 04/01/2010 sur l'Appel des Pôles du Cercle polaire




Voir également l'Appel des Pôles des 100 personnalités

« L’Appel des Pôles est une campagne internationale visant à mettre en réseau les actions politiques, scientifiques ou artistiques de personnalités en faveur d’une meilleure gouvernance des régions polaires, l’Arctique ou l’Antarctique. Un peu partout dans le monde, des photographes, des ministres, des parlementaires, des têtes couronnées, des scientifiques ou des aventuriers travaillent, souvent dans l’indifférence et l’isolement, à sensibiliser leur entourage à la beauté et à la fragilité de ces régions reculées, sévèrement affectées par le réchauffement climatique et progressivement gagnées par la mondialisation.

L’Appel des Pôles n’a pas été conçu autour d’une déclaration. Seulement une idée force : les hautes latitudes sont des lieux privilégiés pour développer ou consolider des dispositifs de coopération internationale. En rassemblant les contributions de 100 personnalités éclairées issues de 40 pays, cette mosaïque de points de vue compose une sorte de cahier des charges des préoccupations majeures relatives à l’Arctique ou à l’Antarctique.
Rejoignez l'Appel des Pôles

La Maison de Bretagne à Paris
Située au cœur du quartier Montparnasse à Paris, la Maison de la Bretagne est la représentation économique, culturelle et touristique de la Bretagne à Paris.
Gérée par le Conseil régional, c'est une structure au service des cinq départements des Côtes d'Armor, du Finistère, de l'Ille et Vilaine, de la Loire Atlantique et du Morbihan, regroupés avec la Région au sein d'un syndicat mixte.
Véritable lieu de rencontres, d'échanges et d'informations voué à la promotion de la Bretagne, cet équipement est mis au service des Bretons (entreprises, particuliers, collectivités, médias...), et de tous ceux qui souhaitent découvrir la Bretagne !

Article RH 3B Conseils
Source Cercle Polaire

"La quinzaine de la mer" : les travaux du Lemar sur la coquille la pétoncle et le lambi, mouchards des océans...


Nous avons évoqué à plusieurs reprises dans les articles du blog Science et Ethique (relire notamment article du 9/04/2010) les travaux des scientifiques brestois du Laboratoire des sciences de l'environnement marin (LEMAR) - basé à l'IUEM-UBO (Institut universitaire européen de la mer) - parmi lesquels ceux de Laurent Chauvaud, directeur de recherches au CNRS portant sur les coquilles et les pétoncles.

Nous revenons sur ces travaux dans le cadre de "la quinzaine de la mer" organisée à l'IUEM jusqu'au 19 février prochain.

Les travaux des scientifiques brestois sur les coquilles et les pétoncles sont cependant anciens puisqu’ils sont une constante depuis une trentaine d'années. Si tout le monde connaît la coquille Saint-Jacques, ce curieux animal a la particularité d’être un excellent instrument d'investigation scientifique, En effet si grâce aux cernes des arbres ou aux bulles de gaz emprisonnées dans les glaces polaires, on peut suivre années après années les changements climatiques, grâce à la coquille Saint-Jacques, on peut aussi suivre ces évolutions au jour le jour !

La coquille Saint-Jacques garde en effet des traces de ce qu’elle mange, mais elle est également sensible aux changements de températures et au régime des vents.
 Désormais capables de séparer les effets trophiques, dus à l’alimentation, des effets thermiques, les biologistes brestois comme Laurent Chavaud du LEMAR peuvent non seulement retracer l’histoire du climat dans l’Atlantique grâce à certaines coquilles millénaires, mais aussi se pencher sur des phénomènes plus récents, comme les pollutions provoquées par les nitrates au cours des dernières décennies.

Les renseignements vont bien au-delà: la coquille, le squelette en carbonate de calcium, archive les modifications de l'environnement. Cette vigie a traversé les siècles. Le LEMAR s'est ainsi intéressé aux coquilles retrouvées avec les squelettes humains (5.000 ans avant J.-C.) découverts sur l'îlot de Théviec dans le Morbihan.

Dans un récent entretien au Télégramme le chercheur évoquait les points communs entre les coquilles Saint-Jacques de la rade de Brest et les lambis du Mexique. «Une strie sur la coquille Saint-Jacques de la rade de Brest correspond à une journée quand celle de Mauritanie équivaut à une marée».
S’agissant du lambi mexicain c’est par l’intermédiaire d’une biologiste mexicaine - Dalila Aldana, biologiste qui a fait sa thèse à Brest - que le lien se fait et pour analyser les caractères de marqueur des évolutions sur cette zone.

Ainsi un programme d’études avec l’IUEM est né le Bistrom (Biologie des strombes mayas). "Au Mexique, le lambi se fait rare, sa chair est très appréciée des Américains. Mais, à Xel-Ha, il a la paix. Cet ancien port maya naturel est situé dans un parc protégé. Il y a bien un millier de baigneurs par jour mais ils ont juste le droit de regarder, pas de toucher. La profondeur est de cinq mètres, l'endroit est particulier: une sorte d'estuaire, sur environ 1,5km, en forme de gouttière, où se mêlent eau de mer et eau douce, avec des gradients de salinité qui différent de façon importante."

Les scientifiques brestois ont pu y observer in situ la vie du lambi et sa croissance . «À un an, le strombe a la taille d'un poing, à trois, celle d'un ballon de foot. Il se calme ensuite » indique Laurent Chauvaud au Télgramme. Les scientifiques ont également installé des capteurs de positionnement. Le comportement est erratique: le coquillage peut ne pas bouger pendant six mois ou effectuer 1,5km en douze heures. Une dizaine de lambis ont été équipés de capteurs de salinité, de température et de pression.
Un projet européen a été monté et six missions sur une période de deux ans sont prévues.



Rappelons par ailleurs que Laurent Chauvaud était intervenu a deux reprises dans le cadre des entretiens Science et Ethique à Océanopolis à Brest.




- aux entretiens Science et Ethique 2006 dont le thème central était « la Biodiversité du littoral »
sur "Le rôle ou les fonctions de la biodiversité dans les écosystèmes littoraux aquatiques"







- aux entretiens Science et Ethique 2000 sur "la prévention de la fertilisation des écosystèmes côtiers" alors que le thème des entretiens étaient "Vagues de pollutions, impacts et prévention".





A voir également le détail de la mission MACARBI en Antarctique qui avait pour but, en étudiant le Pétoncle austral, d’observer les changements environnementaux marins sur la marge du continent antarctique au cours des dernières décennies.

Article RH 3B Conseils
Sources : LEMAR / IUEM / Télégramme / entretiens Science et Ethique

mercredi 9 février 2011

Forum des doctorants des Sciences de la mer : " La mer, des origines de la vie à l'avenir de l'homme"


C’est dans le cadre de la quinzaine de la mer (relire article du blog de 4/02/2010) organisée jusqu'au 19 février prochain à l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM-UBO) que l'association des étudiants de l'Ecole doctorale des sciences de la mer (EDSM), Merscidoc, organise sa 10ème édition du "forum des doctorants" le jeudi 10 février de 9h00 à 17h00 (Voir le programme complet ICI).

Ce forum annuel est l'occasion pour les doctorants de vulgariser leurs recherches au profit du grand public et en particulier les lycéens.
Il a plusieurs objectifs :
- assurer une transmission du savoir entre les chercheurs et le grand public,
- susciter le goût de la science auprès des lycéens
- promouvoir l'UBO, l'IUEM et l'EDSM à travers ce forum.

Pour les doctorants, c'est l'occasion d'un apprentissage de la vulgarisation scientifique qui est une compétence essentielle pour un chercheur de nos jours.

Pour ce 10ème forum, Merscidoc souhaite mettre l'accent sur 2 points : une participation des anciens de Merscidoc et une implication plus active des lycéens.

Les classes qui le souhaitent peuvent ainsi choisir de préparer cette journée par un travail sur un thème proposé par un doctorant. Ce travail sera ponctué de rencontres entre ce doctorant et cette classe et aboutira à une table ronde autour de ce thème.

Au cours de la journée, les lycéens pourront découvrir les travaux de recherche et le quotidien des doctorants en :
- assistant aux présentations des doctorants (15min). Au cours desquelles chaque doctorant présentera avec un vocabulaire adapté aux lycéens une partie de ses travaux de recherche.
- lisant les posters qui seront affichés dans le hall tout au long de la journée
- visitant les laboratoires de recherche et la bibliothèque La Pérouse (bibliothèque universitaire spécialisée dans les sciences de la mer et ouverte à tous)
- dialoguant avec les doctorants, anciens et actuels, tout au long de la journée


Trois thématiques ont été retenues :

Origine de la vie :
« On date les premières traces de vie sur Terre il y a environ 3,5 milliards d'années. Ce sont de tous petits organismes formés d'une seule cellule, invisibles à l'oeil nu, qui vont apparaître dans l'eau. L'eau, source de la vie, la lumière et plus tard l'oxygène conduiront à l'apparition d'une multitude d'êtres vivant de tailles et de formes variées.
Quelques milliards d'années plus tard le peuple de l'océan sortira des mers pour conquérir les terres. La vie ne cessera dés lors de se diversifier et de se complexifier. »

Rôle de la mer de nos jours :
« De tout temps la mer a joué un rôle important pour l'homme. De nos jours, elle constitue un pilier important de l'économie par l'exploitation des ressources, la pêche, le tourisme ou le transport. Une grande partie de la population mondiale vit près des côtes et cela accentue le problème de la surexploitation de la mer et des risques de pollution qui en découlent.
On sait aujourd'hui que les échanges de gaz entre la mer et l'atmosphère jouent un rôle important dans la régulation du climat. Ces échanges ont permis l'apparition d'oxygène dans l'atmosphère et donc le développement de la vie sur Terre. »

L'avenir de l'homme :
« Dans un contexte de dérèglement climatique lié en partie à la consommation d'énergies polluantes, la mer offre à l'homme de nouveaux moyens de produire de l'énergie dite propre (éolienne offshore, utilisation des courants et des vagues.).
Néanmoins l'exploitation sans limites de la mer conduit à une diminution importante de la diversité des espèces et génère une raréfaction des ressources. L'océan peut assurer l'avenir de l'homme, mais il est nécessaire de préserver ses richesses. »

Notons que le blog des énergies de la mer sera présent lors de ce forum en mettant à la disposition du public de la documentation sur son activité de veille internationale.
Le blog des énergies de la mer sera également présent lors de la journée porte ouverte de l'IUEM, le 12 février.

En rappelons enfin la participation active de Mersidoc (avec l'intervention d'Eric Alfonsi) et des étudiants de l'Ecole doctorale des sciences de la mer, lors des derniers entretiens Science et Ethique 2010 et de l'hommage rendu rendu par les entretiens au professeur Jean Francheteau qui fut président des entretiens en 2003 (décédé en juillet 2010). Relire l'article du blog du 22/07/2010.



Article RH 3B Conseils
Sources : Mersidoc

mardi 8 février 2011

« communes.bretagne-environnement.org » un site sur les données environnementales des communes bretonnes.

Faune, flore, milieux, eau, sols, déchets, risques naturels ou technologiques…, jusqu'à maintenant, si toutes ces informations étaient disponibles sur de nombreux sites, il était souvent difficile de s’y retrouver.

Depuis le 28 janvier, un site internet www.communes.bretagne-environnement.org, permet de consulter l’ensemble de ces données gratuitement sur l'environnement des communes bretonnes et regroupées dans un seul et même site internet, conçu par le GIP Bretagne environnement - administré par l'Etat et le conseil régional de Bretagne -.

Cet outil met à disposition des informations sur les caractéristiques environnementales des communes bretonnes, apporte un service unique en terme de valorisation, de rapidité et de simplicité d’accès aux données locales, commune par commune. Un simple clic sur la commune de son choix permet ainsi d'accéder à tous les contenus correspondants.

Cet outil liste des données agrégées (qualité de l’eau destinée à la consommation, chiffres clés de l’agriculture, etc.), des fiches de synthèse (sites Natura 2000, risque naturels et technologiques, répartition des antennes, etc.) et parfois des documents plus techniques (inventaire du patrimoine naturel, stations de mesure des eaux souterraines, assainissement, etc.). Près de 20 sources de données sont déjà proposées pour toutes les communes de Bretagne et certaines communes comme Brest en disposent de plus de 50.

Au final, l'internaute dispose d'un dossier sur l'environnement de sa commune très riche avec l'assurance d'une donnée validée directement extraite des sites experts tels que la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal), les conseils généraux, l’Agence de l’eau, l’Ademe, le ministère de l’écologie, mais aussi les réseaux associatifs dans le domaine environnemental.

Cette démarche qui vise à faciliter l’accès aux données environnementales pour le grand public fait partie des objectifs du GIP Bretagne environnement et répond aux attentes du Grenelle de L’environnement et aux principes de développement durable et d’accès à l’information environnementale prônés par l’Union européenne et la France (Convention d’Aarhus, Directive Inspire).

Pour un maximum de visibilité, les mairies qui le souhaitent pourront faire apparaître cette liste directement sur leur site web et relayer ainsi auprès de leurs habitants l’existence de ces sources d’information.

L’échange permanent entre les communes bretonnes et ce nouveau site régional contribuera fortement à la transparence sur les données environnementales, dont la diffusion est une obligation issue de la convention d'Aarhus qui a prévu de faciliter la participation du citoyen dans les débats environnementaux ou les enquêtes publiques en veillant à lui donner les moyens de connaissance utiles.

La mise à disposition de ces données peut trouver de nombreux usages : faciliter la réalisation d’études dans le cadre des Plan locaux d’urbanisme ou des schémas de cohérence territoriaux, alimenter une première analyse du territoire pour une entreprise prospectant en vue d'une installation ou pour tous ceux amenés à évaluer l'impact d'une activité sur l'environnement…

Vu du continent européen les objectifs de l'UE d’eau, faune, flore…. etc sont en partie intégrés à la stratégie «Europe 2020».


Cette nouvelle initiative régionale en matière d'environnement permet également de rappeler que la Région Bretagne a récemment lancé son Pacte électrique breton (voir articles du 3/11/2010 et 4/11/2010 www.science-ethique.blogspot.com).

Un des points essentiels des objectifs européens en matière d'énergie et de changement climatique vise pour 2020 (voir article du 7/02/2011 www.energiesdelamer.blogspot.com) à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20 %, et de porter la part des énergies renouvelables à 20 % et d’accroître de 20 % l'efficacité énergétique.

Les énergies renouvelables de la mer font parties de cette volonté affichée. Mais, comme le souligne Gaëlle Guéguen-Hallouët, maître de conférence au Laboratoire Amure (IUEM/UBOIFREMER) dans un article paru dans Ouest France le 7 février, « il faut que la loi avance… La loi Grenelle 2 de l’été dernier renvoie à 201 décrets, dont aucun n’est passé … Le seul projet instruit par les services de l’Etat, à Veuletes-sur-Mer celui d’Enertrag (voir www.energiesdelamer.blogspot.com 23/10/2009 - voir science-ethique.org 2007), est bloqué depuis 3 ans ».

Rappelons qu’Annie Cudennec Directrice du CEDEM, membre du Conseil scientifique de l’environnement de Bretagne (CSEB) et Gaëlle Guéguen-Hallouët dirigent la thèse de Séverine Michalak sur les aspects juridiques des énergies marines et seront présentes aux Portes ouvertes de l’UFR Droit – UBO du 6 et 13 mars à Brest.




Article RH 3B Conseils

Source Région Bretagne

lundi 7 février 2011

Nouvelle mission océanographique pour le Beautemps-Beaupré


Après quelques semaines d’arrêt technique (*) avec passage en forme n° 1 du port de commerce de la base de Brest, le bâtiment hydro-océanographique (BHO) de la Marine nationale Beautemps-Beaupré (A758), quitte ce lundi 7 févier Brest, son port d’attache, pour une mission scientifique de plus de neuf mois qui le mènera en Océan Indien.


Le bâtiment hydro-océanographique (BHO) Beautemps-Beaupré (**) effectue aussi bien des missions militaires de la Marine nationale que des travaux d’hydrographie générale pour le (SHOM) – le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine – basé à Brest. Il est mis à disposition du SHOM, 300 jours par an. L'Ifremer, qui l'a financé à hauteur de 5%, l'utilise 10 jours par an.

Cette nouvelle mission de relevés scientifiques, doit permettre de compléter la connaissance des fonds marins dans l’océan indien dans des zones où les informations manquent. Ces relevés constituent en effet des éléments pour assurer la sécurité de la navigation civile et militaire qu'il s'agisse d'unités de surface ou de sous-marins de la Marine nationale qui croisent dans le secteur.

Pour ce déploiement, réalisé par la Marine nationale et le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine, le Beautemps-Beaupré sera armé par ses deux équipages, qui se relaieront en cours de mission. Armé par 25 marins et pouvant accueillir 25 hydrographes, il dispose de 3 laboratoires, 4 salles de travail et de nombreux équipements de recueil de données et de mesures, comme des sondeurs multifaisceaux grands et petits fonds.

Rappelons que l'océan Indien est, aujourd'hui, la principale zone de déploiement outre-mer de la Marine nationale, qui y déploie des forces participant à des opérations de lutte contre le terrorisme, la piraterie ou les trafics illicites. Sans oublier les missions de surveillance et de protection des intérêts et de la ZEE française, notamment menées par les navires positionnés à La Réunion, à Mayotte et dans la nouvelle base d'Abu Dhabi.


(*) Parmi les travaux effectués durant cet arrêt technique, l'augmentation des capacités de transmission : Le Beautemps-Beaupré a reçu une antenne de type VSAT. Abritée sous un dôme de 4 mètres de diamètre, implantée sur le toit de la passerelle. Cet outil permettra d'augmenter le débit des transmissions en direction du Service hydrographique et océanographique de la Marine.
En bassin, le navire a également fait l'objet de travaux sur le sondeur multifaisceaux (rééquilibrage etc.), de contrôle des œuvres vives, des ballasts, de travaux de peinture.


(** ) Le BHO, d'une longueur de l'ordre de 80 mètres et d'un déplacement total de 3 300 tonnes est entré en service en 2003. Ce bâtiment a été construit à Lorient par ALN (Alstom Leroux Naval) et est équipé d'une gondole dans laquelle sont placées la plupart des bases acoustiques des équipements scientifiques, et notamment celles des deux sondeurs multifaisceaux grands fonds et petits fonds.


Article RH 3B Conseils
Sources : SHOM / Marine nationale
Photo : Marine nationale

vendredi 4 février 2011

"La quinzaine de la mer" à l’IUEM - 7 au 19 février 2011



En 2011, l'Université de Bretagne Occidentale (UBO) fête ses 40 ans( Relire l'article du 13/01/2010)

A cette occasion, l'Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM) accueille le public pendant une "quinzaine de la mer" du 7 au 19 février.

Durant ces deux semaines se succèderont presque chaque jour des évènements gratuits :
- Sept projections de films scientifiques ou documentaires. - L'IUEM sera ouvert au public pendant deux journées entières (le forum des doctorants et la journée portes ouvertes). - Une conférence de Paul Tréguer sur la conquête des pôles. - Un salon des auteurs de l'IUEM.


Les événements proposés :

Les films à découvrir (projection à l'IUEM à 13h00)

- Chausey, un archipel aux grandes marées (le 07/02) - France 3, 2006 -
- Opération FAMOUS (le 08/02) - CNEXO-MAE-CERIMES, 1975 - (relire l'article du blog du 22/07/2010 sur le Pr Jean Francheteau)
- La campagne Bonus Good Hope (le 11/02) - IPEV 2008 -
- Un été en Antarctique (le 14/02) - Aber Images, 2006 -
- MACARBI en Terre Adélie (le 14/02) - Le Petit Furet-CNRS, 2008 - (relire les articles du blog du 9/04/2010 et du 1/06/2010 sur l'équipe Macarbi)
- Dans le sillage du requin pèlerin (16/02) - APECS-Y. Chérel, 2005 -
- L'île de Sein (17/02) - Cinémathèque de Bretagne, 1957-58 -
- PHARE 2002, la campagne océanographique (18/02) - CNRS-Ifremer, 2002 -

Toutes les informations relatives aux films se trouvent sur le site internet : http://www-iuem.univ-brest.fr


La Journée "Portes ouvertes" à l'IUEM - samedi 12 février, l'IUEM

le Samedi 12 février, l'IUEM ouvre ses portes aux futurs étudiants et au grand public. Toute la journée, les visiteurs pourront découvrir les formations en sciences de la mer, visiter des laboratoires, rencontrer des chercheurs, des ingénieurs et des techniciens, assister à des démonstrations et des expériences, des projections et des conférences.
Une navette gratuite sera assurée depuis la faculté des sciences : départ de l'UFR Sciences (avenue le Gorgeu) à 11h et à 13h45. Une collation gratuite sera proposée toute la journée aux visiteurs.

Le Forum des doctorants IUEM - mercredi 10 février, 9h-17h

L'association des étudiants de l'Ecole doctorale des sciences de la mer, Merscidoc, organise cette année la 10ème édition du "forum des doctorants". Ce forum est l'occasion pour les doctorants de vulgariser leurs recherches au profit du grand public et en particulier les lycéens.

Il a plusieurs objectifs : d'abord d'assurer une transmission du savoir entre les chercheurs et le grand public, ensuite de susciter le goût de la science auprès des lycéens et enfin de promouvoir l'UBO, l'IUEM et l'EDSM à travers ce forum. Pour les doctorants, c'est l'occasion d'un apprentissage de la vulgarisation scientifique qui est une compétence essentielle pour un chercheur de nos jours. Voir le programme et le livret complet du Forum.

La conférence de Paul Tréguer : « Trois marins pour un pôle : centenaire de la conquête du pôle Sud » ( Relire l'article du blog du 18/03/2010)
- Faculté des Lettres V. Segalen, Amphi Guilcher, mardi 15 février, 20h30

"1911-1912 : planter le premier le pavillon national au Pôle sud est l’ambition de la Norvège, de la Grande-Bretagne et du Japon. A bord du Fram, du Terra Nova et du Kainan Maru, Roald Amundsen, Robert Falcon Scott, et Nobu Shirase, se lancent dans l’aventure et mettent sur pied des expéditions fameuses, mais dont tous ne sont pas revenus vivants. La mer de Ross fut le passage obligé pour atteindre le pôle Sud. Pour y aller il fallait donc être marin et franchir les quarantièmes rugissants, les cinquantièmes hurlants et les soixantièmes mugissants.
Ce sont les odyssées de ces trois hommes, de leurs équipages, et de leurs navires qui sont contées. Réussites et échecs de leurs campagnes sont revisités avec les moyens modernes de la connaissance (cartes satellites, données météorologiques, etc…). A l’ouverture du centenaire de ces voyages scientifiques et de la conquête du Pôle sud nous n’aurions garde d’oublier l’immensité des exploits de ces hommes, eu égard aux rudimentaires moyens dont ils disposaient pour affronter tempêtes, icebergs et glaces antarctiques."

Le Salon des auteurs de l'IUEM - samedi 19 février à 11h à la bibliothèque universitaire de la faculté Victor Segalen

Certains scientifiques de l'IUEM ont publié récemment des ouvrages de vulgarisation scientifique. Nous vous proposons une rencontre avec cinq d'entre eux, suivie d'une dédicace de leur dernière parution.
Cet événement aura lieu le 19 février à 11h à la bibliothèque universitaire de la faculté Victor Segalen avenue Georges Clémenceau à Brest (lieu à confirmer).
Les scientifiques présents seront : Martial Caroff, Michel Glémarec (relire l'article du blog du 17/02/2010 sur le livre "la Biodiversité du littoral vue par Mathurin Méheut"), Françoise Péron (relire l'article du blog du 30/11/2010 sur "l'Atlas du Patrimoine maritime du Finistère"), Yves Plusquellec et Paul Tréguer.

Rappelons que l'UBO et l'IUEM sont partenaires des entretiens Sciences et Ethique .

Retrouver également dans les archives des entretiens les différentes interventions de nombreux intervenants de cette quinzaine de la mer.


Article RH 3B Conseils
Sources : IUEM / Mersidoc

jeudi 3 février 2011

Journée "Sciences Navales" 2011 : la sécurité maritime

Chaque année, le site de l'École navale accueille, 1250 jeunes marins (690 élèves officiers, 540 matelots et officiers mariniers). Sur le site, une école d'ingénieurs, un centre de recherche naval, une école de formation du marin, l'École des commissaires de la Marine... et une multitude d’activités.

Dans le cursus des élèves-officiers de première année s'inscrit une journée d'échanges intitulée " Journée Sciences Navales" qui a pour objet principal de formaliser le début de leur formation scientifique et de souligner l’importance d’acquérir une solide formation initiale dans ce domaine pour l’exercice de leur futur métier d’officier de marine.

Après s'être penchés sur les frégates multimissions (2007), les drones (2008), les énergies renouvelables et l'éco-conception des navires (2009), l'observation du milieu marin (2010) l'édition 2011 qui se déroule aujourd'hui portera sur la sécurité maritime, les activités et les recherches qui permettent de l'améliorer. (Relire l'article du blog du 10/02/2010 sur la Journée Sciences Navales 2011).

Ce thème est au cœur de l’actualité récente avec la collision, en octobre 2010 entre le chimiquier, le YM Uranus, transportant 6 000 tonnes d’essence de pyrolyse et le vraquier Hanjin Richzad. Les conséquences de cet accident ont été limitées cette fois, mais il faut rester vigilant. Les progrès liés aux structures des navires, tant en construction navale, normes de conception améliorent la résistance et la stabilité des structures flottantes. De même, les systèmes d’information, de géolocalisation et de gestion du trafic ou de flottes permettent de limiter le nombre des accidents. Ce sont ces deux aspects qui seront développés lors de la JSN 2011.

Ce thème est l’objet de nombreuses actions en région Bretagne. Il s’agit en effet de thématiques portées par le Pôle de compétitivité Mer Bretagne au travers de ses groupes de travail : « Sécurité et sûreté maritimes » et « Naval et nautisme ». L’un des objectifs de la commission « navale et nautisme » consiste à réfléchir et aider au développement du « navire du futur ».

Cette journée sera l’occasion de faire un point sur ce sujet et de confronter les points de vue de marins, de constructeurs de navires, d’expert chargé des normes, d’experts enquêteurs après accident et de chercheurs. Elle permettra aussi de découvrir certains travaux de projets de fin d’études des élèves officiers qui traitent de ce sujet.


La journée débute par une conférence générale de présentation du contexte de la sécurité maritime par M. Tallec, Secrétaire général de la Mer. Il présentera les enjeux et la vision du gouvernement sur la sécurité maritime.
Ensuite, M Franscescutto, professeur à l’université de Trieste et membre de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) présentera la vision de l’évolution de la sécurité maritime notamment du point de vue des systèmes.

A l'issue de ces interventions, deux groupes vont se constituer pour traiter en deux temps des sujets complémentaires relatifs à la sécurité maritime.

- Le premier traitera la sécurité maritime par une approche structures et architectures navales. L’évolution des techniques de construction, l’évolution de la réglementation et des contrôles, les critères de stabilité des navires, les doubles coques… Autant de points qui pourront être débattus. Parmi les interventions sont prévues celles de représentants du Bureau Véritas (respect des normes), de la société STX (constructeur), d’un Inspecteur de la sécurité des navires et d’un officier de Marine de la CPPE.

- Le second groupe traitera de la sécurité maritime selon une approche « systèmes d’information ». Le suivi des navires, la gestion des flottes et les outils d’aide à la décision seront présentés. Les évolutions technologiques de connaissance de la situation ainsi que la réglementation, les outils SIG et l’état des recherche dans ce domaine seront abordés. Les intervenants prévus sont : le directeur du CROSS CORSEN (témoignage), un chercheur en SIG de l’IRENAV (Institut de Recherche de l’Ecole navale) (vision recherche), un représentant de DCNS (état des travaux et perspectives d’un constructeur-intégrateur), le directeur de la société CLS à Brest (surveillance des océans par satellite).

En fin de journée, quelques élèves de l’Ecole navale présenteront rapidement leur projet de fin d’étude. Pour terminer une synthèse des débats et quelques compléments seront apportés par un table ronde à laquelle participeront un représentant du BEA Mer (Bureau Enquête accident), un ancien armateur et président de la toute nouvelle Ecole Nationale Supérieure Maritime, un officier de Marine du SSF Brest (Service de soutien de la Flotte) et un représentant du Pôle Mer Bretagne, responsable de la commission « Navire du futur ».

Notons que le blog des énergies de la mer sera présent (comme en 2010) lors de ce forum en mettant à la disposition du public de la documentation sur son activité de veille internationale.
Le blog sera également présent lors des différentes journées portes ouvertes des établissements d'enseignement supérieur brestois ( université et grandes écoles) qui se dérouleront durant ce mois de février.

Pour aller plus loin retrouver les interventions du vice-amiral d'escadre Anne-François de Saint-Salvy, préfet maritime de l'Atlantique aux entretiens Science et Ethique


- 2010 : « ENERGIES, villes et ports de demain » :


Table ronde 2 - "Politiques maritimes en Europe : gouvernance, ambitions"

Revoir l'intervention









- 2008 : "Patrimoine maritime, ressources et économies du littoral. Recherche, nouvelles compétences et nouveaux métiers de la mer" :


Table ronde 3 : "Livre bleu sur la politique maritime de la Commission européenne : Nouvelles ouvertures, nouvelles compétences, nouveaux métiers"


Revoir l'intervention


Retrouver également les informations du blog-media Défense et Environnement


Article RH 3 B Conseils
Sources : Ecole Navale